CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Cyril Cusack
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Etienne Périer



Date et Lieu de naissance : 11 décembre 1931 (Bruxelles, Belgique)
Date et Lieu de décès : 21 juin 2020 (Le Plan-de-la-Tour, France)
Nom Réel : Etienne Pierre Paul Gaston Périer

REALISATEUR
Image
1960 Un pont vers le soleil (bridge for the sun) de Etienne Périer avec Carroll Baker, Lee Payant & James Shigeta
Image
1970 Zeppelin – de Etienne Périer avec Michael York, Peter Carsten, Elke Sommer & Alexandra Stewart
Image
1973 La main à couper – de Etienne Périer avec Michel Bouquet, Lea Massari & Michel Serrault
Image
1988 Rouge Venise – de Etienne Périer avec Vincent Spano, Victor Lanoux & Wojciech Pszoniak

Né le 11 décembre 1931 à Bruxelles, Etienne Périer obtient un diplôme de philosophie et de lettres. Au début des années cinquante, il quitte sa Belgique natale pour s’installer à Paris où il s’adonne à sa passion du cinéma. Assistant sur «Les diaboliques» (1954) de Henri-Georges Clouzot, il filme Bernard Buffet dans un court-métrage qui lui vaut d’être primé au Festival de Venise en 1958. Il réalise avec Charles Spaak la comédie «Charmants garçons» (1957) de Henri Decoin avec Zizi Jeanmaire. Ce film marque le début de sa collaboration avec Dominique Fabre, auteur de roman policier. Il travaille avec Jean Cocteau à la préparation du «Testament d’Orphée» (1959) où le poète joue son propre rôle.

En 1958, Etienne Périer passe à la réalisation en adaptant la pièce de théâtre «Bobosse» de André Roussin où François Périer reprend son rôle créé sur scène. L’année suivante, il enchaîne avec «Meurtre en 45 tours», adaptation d’un roman de Boileau et Narcejac, où les amants Danielle Darrieux et Michel Auclair se suspectent mutuellement après le décès du mari trompé interprété par Jean Servais. En 1960, il signe un contrat avec la MGM qui lui confie la réalisation de deux films: «Le pont vers le soleil» avec Carroll Baker et «Le mercenaire» avec Stewart Granger où il seconde Baccio Bandini. De retour en France, il dirige Michèle Morgan dans «Dis-moi qui tuer?» (1964) et consacre un film à l’insouciance jeunesse des trente glorieuses dans «Des garçons et des filles» (1967). Ensuite, il signe des productions européennes impersonnelles: un film d’espionnage «Le téléphone rouge» (1968) avec Robert Taylor, un film d’action «Commando pour un homme seul» (1970) avec Anthony Hopkins et un film de guerre «Zeppelin» (1971). Avec des distributions françaises, il enchaîne deux films policiers «Un meurtre est un meurtre» (1971) avec Jean-Claude Brialy et Stéphane Audran et «La main à couper» (1973) avec Léa Massari. Il réalise deux comédies dramatiques plus personnelles «La part du feu» (1977) avec Michel Piccoli et Claudia Cardinale et «Un si joli village...» (1978) avec Victor Lanoux et Jean Carmet. En 1982, il adapte avec Dominique Fabre et Chuck Israël «Louisiane», trilogie romanesque de Maurice Denuzière. Mais à la suite d’une mésentente totale avec les producteurs canadiens, il résilie son contrat. Jacques Demy le remplace mais après huit semaines de tournage cède sa place à Philippe de Broca qui accepte d’en reprendre au pied levé la direction. Pour sa dernière réalisation au cinéma, il signe une production franco-italienne «Rouge Venise» (1988) où Carlo Goldoni est interprété par Vincent Spano.

Dès lors, Etienne Périer se consacre uniquement à la télévision. En 1980, il signe un téléfilm remarqué «La confusion des sentiments» produit par Christine Gouze-Rénal. Cette adaptation d’une nouvelle de Stefan Zweig évoque l’homosexualité latente d’un professeur d’université, Michel Piccoli, qui tombe amoureux d’un jeune homme, Pierre Malet. Il dirige Christophe Malavoy dans «La dérapade» (1985), Marie Trintignant dans «La garçonne» (1987), Claude Rich et Danielle Darrieux dans «La vérité en face» (1992) ou Charlotte Rampling et Roger Hanin dans «Samson le magnifique» (1994). Il réalise «Maigret et l’homme du banc» (1993), épisode de la série éponyme avec Bruno Cremer dans le rôle-titre. Pour ses derniers téléfilms, il retrouve Danielle Darrieux pour «Que reste-t-il...» (1999) et Christophe Malavoy pour «Table rase» (2001). Installé dans le sud de la France, Etienne Périer décède le 21 juin 2020 à l’âge de 88 ans à son domicile du Plan-de-la-Tour dans le Var.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1954Les diaboliques – de Henri-Georges Clouzot avec Simone Signoret
    Seulement assistant réalisateur
1956 CM Bernard Buffet – de Etienne Périer avec Bernard Buffet
    + scénario
1957Charmants garçons – de Henri Decoin avec Zizi Jeanmaire
    Seulement scénario
1958Bobosse – de Etienne Périer avec Micheline Presle
1959Meurtre en quarante-cinq tours – de Etienne Périer avec Danielle Darrieux
    + adaptation & scénario
Le testament d’Orphée / Le testament d’Orphée, ou ne me demandez pas pourquoi ! – de Jean Cocteau avec Jean Marais
    Seulement conseiller technique
1960Un pont vers le soleil ( bridge for the sun ) de Etienne Périer avec Carroll Baker
1962Le mercenaire ( lo spadaccimo di Siena / la congiura dei dieci ) de Etienne Périer avec Stewart Granger
1965Dis-moi qui tuer ? – de Etienne Périer avec Michèle Morgan
1967Des garçons et des filles – de Etienne Périer avec Marc Porel
1968Le rouble à deux faces / Le téléphone rouge ( el rublo de las dos caras / the day the hot line got hot / hot line ) de Etienne Périer avec Robert Taylor
1970Zeppelin – de Etienne Périer avec Elke Sommer
1971Commando pour un homme seul / De l’or pour les requins ( when eight bells toll ) de Etienne Périer avec Anthony Hopkins
1972Un meurtre est un meurtre – de Etienne Périer avec Stéphane Audran
    + scénario
1973La main à couper – de Etienne Périer avec Lea Massari
    + scénario & apparition
1977La part du feu – de Etienne Périer avec Claudia Cardinale
    + scénario
1978Un si joli village – de Etienne Périer avec Victor Lanoux
    + scénario & interprétation
1980La banquière – de Francis Girod avec Romy Schneider
    Seulement interprétation
TV La confusion des sentiments – de Etienne Périer avec Michel Piccoli
    + scénario
1983Louisiane ( Louisiana ) de Philippe de Broca avec Margot Kidder
    Seulement adaptation, scénario & réalisation de quelques scènes – Non crédité
1984 TV La dérapade – de Etienne Périer avec Christophe Malavoy
    + scénario
1985 TV L’ordre – de Etienne Périer avec Jacques Perrin
1988Rouge Venise – de Etienne Périer avec Vincent Spano
    + adaptation, scénario & apparition
TV La garçonne – de Etienne Périer avec Marie Trintignant
1991 TV À la vie, à l’amour – de Etienne Périer avec Cyrielle Clair
1992 TV La vérité en face – de Etienne Périer avec Claude Rich
    + scénario
1993 TV Maigret – de Etienne Périer avec Bruno Cremer
    Série – Réalisation d’un épisode & interprétation
    Saison 3, épisode 2 : Maigret et l’homme du banc
1994 TV Balle perdue – de Etienne Périer avec Robin Renucci
    + scénario
1995 TV Samson le magnifique – de Etienne Périer avec Charlotte Rampling
1996 TV La rumeur – de Etienne Périer avec Christine Boisson
1998 TV Le dernier fils – de Etienne Périer avec Magali Noël
    + scénario
2000 TV Que reste-t-il… – de Etienne Périer avec Danielle Darrieux
2003 TV Table rase – de Etienne Périer avec William Nadylam
Fiche créée le 25 juin 2020 | Modifiée le 1 novembre 2020 | Cette fiche a été vue 687 fois
PREVIOUSPeret || Etienne Périer || François PérierNEXT