CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Dina Sassoli
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Sue Lyon



Date et Lieu de naissance : 10 juillet 1946 (Davenport, Iowa, USA)
Date et Lieu de décès : 26 décembre 2019 (Los Angeles, Californie, USA)
Nom Réel : Suellyn Lyon

ACTRICE
Image
1962 Lolita – de Stanley Kubrick avec James Mason, Shelley Winters, Marianne Stone & Lois Maxwell
Image
1964 La nuit de l’iguane (the night of the iguana) de John Huston avec Richard Burton & Deborah Kerr
Image
1967 Tony Rome est dangereux (Tony Rome) de Gordon Douglas avec Frank Sinatra & Richard Conte
Image
1970 Le bal du vaudou (una gota de sangre para morir amando) de Eloy de la Iglesia avec Christopher Mitchum

Née à Davenport dans l’État de l’Iowa, le 10 juillet 1946, Suellyn Lyon est la cadette d’une fratrie de cinq enfants. Son père James Lyon, décède subitement en 1947, sa mère Sue Lyon (née Karr) emmène ses enfants à Dallas, et travaille dans un hôpital pour subvenir aux besoins de la famille. Puis, tout ce petit monde s’installe à Los Angeles où la jolie blondinette de dix ans devient mannequin pour les catalogues de la chaîne de grands magasins américains «JC Penney».

Sa participation à l’émission de télévision «The Loretta Young Show» attire l’attention de Stanley Kubrick, à la recherche d’une jeune adolescente pour son film «Lolita», (une adaptation du sulfureux roman de Vladimir Nabokov). Convoquée au casting par le producteur James B. Harris, le petit coté faussement naïf et ses grands yeux bleus, correspondent à merveille au rôle de Dolorès Haze, une adolescente de 14 ans qui tombe sous le charme vénéneux d’un professeur de lettres incarné par James Mason. Sue Lyon connaît une fulgurante célébrité décrochant même le Golden Globe de la révélation féminine de l’année 1963. John Huston adapte à l’écran la pièce de Tennessee Williams «La nuit de l’iguane» (1964) autre chef-d’œuvre avec un personnage similaire à celui de Lolita, Charlotte une adolescente nymphomane et provocante qui tente de séduire Richard Burton en révérend défroqué, Sue Lyon joue là à part égal avec deux stars préstigieuses: Deborah Kerr et Ava Gardner. En 1965, John Ford signe son dernier film «Frontière chinoise», où elle est missionnaire en Chine avec six autre femmes, dont Anne Bancroft et Margaret Leighton, elles sont assiégées par des bandits mongols avec à leur tête Mike Mazurki. Elle enchaîne avec une comédie plutôt sympathique de Irvin Kershner «Une sacrée fripouille» (1966), elle y donne la réplique à deux arnaqueurs Michael Sarrazin et George C. Scott; puis elle côtoie Frank Sinatra, détective chargé d’enquêter sur la fille alcoolique d’un milliardaire à qui des bijoux lui ont été dérobés dans «Tony Rome est dangereux» (1967) de Gordon Douglas.

Après un bref mariage avec Hampton Fancher, Sue Lyon se remarie, en 1970, avec le photographe noir Roland Harrison, les deux tourtereaux s’installent en Espagne afin d’échapper à la polémique raciste sur leur union. Ils ont une fille Nona. En 1970, sous la direction de Eloy de la Iglesia, elle tourne «Le bal du vaudou» (1970), un film d’horreur franco-espagnol, où elle campe une infirmière psychopathe qui séduit les jeunes pour une relation sexuelle puis les tue. Et réapparait trois ans plus tard avec le thriller de José Maria Forque «Les cartes ne mentent jamais», dans un climat de machination ponctué d’un soupçon d’érotisme, elle épouse un homme riche et aveugle, Fernando Rey, mais avec son amant elle décide de s’en débarrasser. À nouveau divorcée, elle rentre aux Etats-Unis et n’apparaît plus que dans une poignée de films et quelques productions pour le petit écran.

Sa vie privée est assez chaotique. Sue Lyon défraye la chronique par la liberté de ses amours, notamment avec son mariage, en 1973, avec le voleur et meurtrier Gary Cotton Adamson, prisonnier au pénitencier du Colorado. Au total, elle c’est mariée et a divorcée cinq fois. D’une santé fragile, elle est diagnostiquée bipolaire. Elle est alors soumise à un traitement au lithium. Le 26 décembre 2019, on apprend le décès de l’éternelle Lolita, à l’âge de 73 ans.

© Gary RICHARDSON

copyright
1962Lolita – de Stanley Kubrick avec James Mason
    Golden Globe du de la meilleure nouvelle actrice prometteuse, USA
1964La nuit de l’iguane ( the night of the iguana ) de John Huston avec Richard Burton
1966Frontière chinoise ( 7 women / seven women ) de John Ford avec Margaret Leighton
Une sacrée fripouille ( the flim-flam man / one born every minute ) de Irvin Kershner avec George C. Scott
1967Tony Rome est dangereux ( Tony Rome ) de Gordon Douglas avec Frank Sinatra
1969Four rode out – de John Peyser avec Leslie Nielsen
1970Evel Knievel – de Marvin J. Chomsky avec George Hamilton
Le bal du vaudou / La clinique des horreurs ( una gota de sangre para morir amando ) de Eloy de la Iglesia avec Jean Sorel
1973Les cartes ne mentent jamais / Angela ( tarots / autopsy ) de José Maria Forque avec Fernando Rey
1976Crash ! ( Akazza, the god of vengeance / death ride ) de Charles Band avec José Ferrer
Opération fin du monde / Destruction planète terre ( end of the world ) de Stuart Hayers avec Christopher Lee
1977L’étrangleur invisible ( the astral factor ) de John Florea, Gene Fowler Jr. & Arthur C. Pierce avec Robert Foxworth
Towing / Who stole my wheels? – de Maura Smith avec Joe Mantegna
1979L’incroyable alligator ( alligator ) de Lewis Teague avec Robert Forster
Fiche créée le 29 décembre 2019 | Modifiée le 8 février 2020 | Cette fiche a été vue 1267 fois
PREVIOUSBen Lyon || Sue Lyon || Bert LytellNEXT