CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jean Pommier
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Patricia Roc



Date et Lieu de naissance : 7 juin 1915 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 30 décembre 2003 (Locarno, Suisse)
Nom Réel : Felicia Miriam Ursula Herold

ACTRICE
Image
1945 Johnny Frenchman – de Charles Frend avec Tom Walls, Françoise Rosay, Ralph Michael & Paul Dupuis
Image
1947 The brothers – de David MacDonald avec Will Fyffe, Maxwell Reed, Finlay Currie, Duncan Macrae & John Laurie
Image
1949 L’homme de la Tour Eiffel (the man on the Eiffel Tower) de Burgess Meredith avec Charles Laughton
Image
1954 Un émule de Cartouche (Cartouche) de Gianni Vernuccio & Steve Sekely avec Richard Basehart

Patricia Roc est née Felicia Miriam Ursula Herold, à Hampstead un quartier cossu de Londres en Angleterre, le 7 juin 1915. Son père Félix Herold, est marchand de papier, sa mère Muriel Angell, femme au foyer, ne sont pas mariés. Alors qu’elle n’est encore qu’un bébé, la petite Felicia est adoptée par André Riese, un riche agent de change belgo-néerlandais. Elle apprendra son adoption à l’age de 24 ans. Elle étudie avec ses deux demi-sœurs dans des écoles privées de Londres et de Paris. En 1937, elle s’inscrit à la Royal Academy of Dramatic Art de Londres et débute sur scène dans la comédie «Nuts in may», en jouant une secrétaire sexy. Lors d’une représentation elle est remarquée par Alexandre Korda qui, charmé par cette adorable brunette aux yeux bleus, lui signe un contrat cinématographique. Patricia Roc joue son premier rôle en 1937 aux cotés de Laurence Olivier et Merle Oberon dans «Le divorce de Lady X» de Tim Whelan, puis elle enchaîne avec «Le fils rebelle» (1938) de Adrian Brunel, où elle est Marina la fille d’un noble Polonais, avec Harry Baur en Taras Bulba, sa prestation lui vaut les encouragements des critiques.

Dans les années 40, Patricia Roc signe un contrat de sept ans avec les studios Gainsborough Pictures. On la voit dans quelques films de propagande comme «Ceux de chez nous» (1943), où mobilisée elle rêve de gloire militaire avec comme partenaire Gordon Jackson en jeune aviateur; dans «Deux mille femmes» (1944) elle campe une religieuse prisonnière dans un camp de concentration qui avec d’autre femmes dissimulent des aviateurs britanniques et préparent leur évasion mais un traitre sommeille parmi eux, avec entre autres Phyllis Calvert, Jean Kent et Flora Robson. Citons aussi «La madone aux deux visages» (1944) de Arthur Crabtree, où elle interprète la fille de Phyllis Calvert qui possède une double personnalité; «Le masque aux yeux verts» (1945) de Leslie Arliss, où sa meilleure amie mais aussi une dangereuse aventurière, Margaret Lockwood, lui vole son futur mari, Griffith Johns. En 1946, à Hollywood pour Universal Pictures, Jacques Tourneur l’emploie dans son western «Le passage du canyon». Malheureusement le film est un échec au box-office, et reste son seul film tourné aux USA. De retour en Angleterre, avec «When the bough breaks» (1947), Lawrence Huntington lui offre un drame émotionnel où l’on lit sur son visage toute l’angoisse d’une mère qui abandonne par obligation son bébé à des parents adoptifs, Rosamund John et Patrick Holt.

Mariée en 1939, en première noce avec un ostéopathe canadien et divorcée en 1944, Patricia Roc se remarie en 1949 avec André Thomas un caméraman et s’installe à Paris où elle commence à travailler dans le cinéma français et italien. Citons «L’inconnue de Montréal» (1950) de Jean Devaivre, où René Dary découvre que Patricia sa fiancée est une dangereuse criminelle, dans «La veuve» (1955) de Lewis Milestone, elle partage une vie difficile avec Massimo Serato un coureur automobile, il se tue lors d’une course. Patricia a donné naissance à un fils Michael à la suite d’une liaison avec Anthony Steel rencontré sur le tournage de «Something money can’t buy» (1952) de Pat Jackson. Michael est élevé comme un fils par son deuxième mari, André Thomas qui ne pouvait pas avoir d’enfant. Après son décès en 1956, elle épouse le millionnaire viennois Walter Reif, en 1962 (décédé en 1986), le couple déménage à Locarno, en Suisse où Patricia Roc, surnommée la déesse des Odéon par J. Arthur Rank, décède à Locarno d’une insuffisance rénale le 3 décembre 2003.

© Gary RICHARDSON

copyright
1937Le divorce de Lady X ( the divorce of Lady X ) de Tim Whelan avec Laurence Olivier
1938Le fils rebelle ( the rebel son / the barbarian and the lady / the rebel son of Taras Bulba / Taras Bulba ) de Adrian Brunel, Albert de Courville & Alexis Granowsky avec Harry Baur
The gaunt stranger / The phantom strikes – de Walter Forde avec Alexander Knox
1939The mind of Mr. Reeder / The mysterious Mr. Reeder – de Jack Raymond avec John Warwick
The missing people – de Jack Raymond avec Ronald Adam
Pack up your troubles – de Oswald Mitchell avec Reginald Purdell
Meurtre à l’aube ( a window in London / lady in distress ) de Herbert Mason avec Paul Lukas
1940Dr. O’Dowd – de Herbert Mason avec Felix Aylmer
It happened to one man / Gentleman of venture – de Paul L. Stein avec Wilfrid Lawson
Three silent men – de Daniel Birt avec Derrick De Marney
The farmer’s wife – de Norman Lee & Leslie Arliss avec Edward Rigby
1941La famille de ma femme ( my wife’s family ) de Walter C. Mycroft avec David Tomlinson
1942Suspected person – de Lawrence Huntington avec Robert Beatty
Laisse chanter le peuple ( let the people sing ) de John Baxter avec Alastair Sim
We’ll meet again – de Philip Brandon avec Ronald Ward
1943Ceux de chez nous ( millions like us ) de Frank Launder & Sidney Gilliat avec Gordon Jackson
1944Deux mille femmes / Prisonnières de guerre ( two thousand women / house of one thousand women ) de Frank Launder avec Jean Kent
Romance d’amour ( love story / a lady surrenders ) de Leslie Arliss avec Stewart Granger
La madone aux deux visages ( Madonna of the seven moons ) de Arthur Crabtree avec John Stuart
1945Johnny Frenchman – de Charles Frend avec Tom Walls
Le masque aux yeux verts ( the wicked lady ) de Leslie Arliss avec James Mason
1946Le passage du canyon ( Canyon Passage ) de Jacques Tourneur avec Brian Donlevy
So well remembered – de Edward Dmytryk avec John Mills
Le manoir tragique / Jassy la bohémienne ( Jassy ) de Bernard Knowles avec Dennis Price
1947The brothers – de David MacDonald avec Maxwell Reed
When the bough breaks – de Lawrence Huntington avec Bill Owen
Holiday Camp – de Ken Annakin avec Jack Warner
    Seulement apparition
1948One night with you – de Terence Young avec Stanley Holloway
La femme parfaite ( the perfect woman ) de Bernard Knowles avec Nigel Patrick
1949Retour à la vie – de Henri-Georges Clouzot, André Cayatte, Jean Dréville & Georges Lampin avec François Périer
    Segment « Le retour d’Antoine » de Georges Lampin
L’homme de la Tour Eiffel ( the man on the Eiffel Tower ) de Burgess Meredith avec Charles Laughton
1950Dernier témoin / Trafiquants d’opium / Black Jack ( captain Blackjack / Jack, el negro ) de Julien Duvivier & José Antonio Nieves Conde avec George Sanders
L’inconnue de Montréal / Son copain – de Jean Devaivre avec René Dary
1951L’enquête est close / Le treizième témoin ( circle of danger ) de Jacques Tourneur avec Ray Milland
1952Something money can’t buy – de Pat Jackson avec Anthony Steel
1953La mia vita è tua – de Giuseppe Masini avec Armando Francioli
1954Un émule de Cartouche ( Cartouche / le avventure di Cartouche ) de Gianni Vernuccio & Steve Sekely avec Akim Tamiroff
1955La veuve ( the widow X / la vedova X ) de Lewis Milestone avec Massimo Serato
1956The hypnotist / Scotland Yard dragnet – de Montgomery Tully avec Roland Culver
1957The house in the woods – de Maxwell Munden avec Tim Ellison
1959Landru / La dixième femme de Barbe Bleue ( Bluebeard’s ten honeymoons ) de W. Lee Wilder avec George Coulouris
Fiche créée le 15 novembre 2011 | Modifiée le 7 juillet 2019 | Cette fiche a été vue 4049 fois
PREVIOUSMay Robson || Patricia Roc || Daniela RoccaNEXT