CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de María Asquerino
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

José Canalejas



Date et Lieu de naissance : 14 février 1925 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 1er mai 2015 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : José Álvarez Canalejas

ACTEUR
Image
1963 Une jeune fille presque convenable (una chica casi formal) de Ladislao Vajda avec Liselotte Pulver
Image
1965 Et pour quelques dollars de plus (per qualche dollaro in più) de Sergio Leone avec Clint Eastwood
Image
1968 Une corde, un colt – de Robert Hossein avec Michèle Mercier, Robert Hossein & Serge Marquand
Image
1972 Terreur dans le Shanghai Express (horror express) de Eugenio Martin avec Peter Cushing & Telly Savalas

José Álvarez Canalejas dit José Canalejas voit le jour à Madrid le 25 juillet 1925. Il est le fils d’un violoniste, Manuel Álvarez Trigo, et le petit-fils, du côté de sa mère, du pianiste et compositeur Arturo Canalejas. Il aura une petite sœur, de sept ans sa cadette, plus tard connue sous le nom d’actrice de Lina Canalejas. Pour gagner sa vie dans la seconde moitié des années 1940, il tente de rentrer comme employé de la Caisse d’Épargne de Madrid mais se retrouve finalement dans le monde du spectacle et du théâtre où il fait la connaissance de sa future épouse María del Carmen Yegros Antón, sœur de la comédienne et actrice Lina Yegros, qu’il épousera en 1956.

Ce n’est qu’au début des années soixante et à la quarantaine venant que José Canalejas apparaît sur les grands écrans de façon régulière, même si c’est le plus souvent d’une manière plus ou moins brève comme figurant ou dans un rôle secondaire, mettant très souvent à profit ses qualités de sportif qu’il conservera jusqu’à un âge fort avancé. On le découvre ainsi en 1960, d’ailleurs avec sa sœur Lina, dans «Opération lèvres rouges» de Jesus Franco, Ana Castor et Manolo Morán en commissaire de police, puis dans le western parodique «Torrejón City» (1962) dirigé par l’Argentin León Klimovsky, avec comme vedette principale le très dynamique Tony Leblanc. Il est aussi l’un des spadassins du «Halcón de Castilla» (1967) de José María Elorrieta, un film de cape et d’épée avec Germán Cobos, affrontant le très perfide et arrogant gouverneur joué par Mariano Vidal Molina plus vrai que nature, pour ne citer que ces quelques productions.

Mais José Canalejas est aussi à l’international, dans une Espagne devenue l’un des plateaux de tournage préféré du cinéma occidental, comme dans «Les aventures extraordinaires de Cervantes» (1966) de Vincent Sherman avec le très improbable Horst Buchholz dans le rôle de l’illustrissime futur auteur de Don Quichotte, ou dans «Terreur dans le Shanghai-Express» (1972) de Eugenio Martín, avec Christopher Lee. Il se fait également l’habitué des westerns spaghetti (ou plutôt chorizos) qui sont réalisés à la chaîne dans la péninsule et notamment, pour ne pas en citer d’autres plus connus, le «Arriva Sabata» (1970) de Tulio Demicheli, avec le beau et énigmatique Anthony Steffen, le jeune Peter Lee Lawrence et l’un des rois des méchants du genre Eduardo Farjado. L’acteur poursuit sa carrière dans les décennies 1970 à 1990 en campant des personnages toujours des plus variés, dans des films et des feuilletons télévisés, espagnols, français, allemands ou italiens. Il apparaît une dernière fois sur le grand écran, en 1996, dans l’œuvre déconcertante de José Luis Borau, «Niño nadie» avec également au générique sa sœur Lina dont il est toujours resté très proche jusqu’à sa disparition en 2012.

Pour compléter cette brève rétrospective d’une modeste mais constante carrière d’une centaine de rôles sur près de quarante ans, il nous aussi mentionner son travail de réalisateur de deux comédies, «El último proceso en París» (1974) et «El In… moral» (1975), aujourd’hui bien oubliées, mais qui avaient en vedette les frères Calatrava, deux célèbres comiques et chanteurs espagnols de l’époque, mais aussi et bien sûr, Lina Canalejas. José Canalejas a définitivement fermé les yeux le 1er mai 2015, à l’Hôpital madrilène d’El Escorial, à l’âge de quatre-vingt dix ans.

© Caroline HANOTTE

copyright
1960Opération lèvres rouges ( labios rojos ) de Jesus Franco avec Ana Castor
1962Torrejón City – de León Klimovsky avec Tony Leblanc
Le signe de Zorro ( il segno di Zorro ) de Mario Caiano avec Sean Flynn
1963Gidget à Rome ( Gidget goes to Rome ) de Paul Wendkos avec Jessie Royce Landis
Une jeune fille presque convenable ( una chica casi formal / ein f ast anständiges mädchen ) de Ladislao Vajda avec Liselotte Pulver
Les conquérants du pacifique ( los conquistadores del Pacífico/ il leggendario conquistatore ) de José María Elorrieta avec Frank Latimore
Llegar a más – de Jesús Fernández Santos avec Manuel Zarzo
Le scandale ( el escándalo ) de Javier Setó avec Guadalupe Muñoz Sampedro
Billy le Kid ( fuera de la ley / Billy the Kid ) de León Klimovsky avec George Martin
Pour un whisky de plus / Brandy ( cavalca e uccidi / Brandy, el sheriff de Lasatumba ) de Mario Caiano & José Luis Borau avec Alex Nicol
1964Pour une poignée de dollars ( per un pugno di dollari ) de Sergio Leone avec Clint Eastwood
Les pistoleros ( la tumba del pistolero / attento gringo... ora si spara ) de Amando de Ossorio avec Mercedes Alonso
La boda – de Lucas Demare avec Mercedes Barranco
Les fils du Cid / Les cent cavaliers ( i cento cavalieri / los cien caballeros / die hundert ritter / hundred horsemen / son of El Cid ) de Vittorio Cottafavi avec Mark Damon
Per un pugno nell’occhio – de Michele Lupo avec Franco Franchi
1965Quatre hommes à abattre ( i quattro inesorabili / los cuatro implacables ) de Primo Zeglio avec Adam West
Et pour quelques dollars de plus ( per qualche dollaro in più ) de Sergio Leone avec Lee Van Cleef
Pour un dollar de gloire ( per un dollaro di gloria / el escuadrón de la muerte / mutiny at Fort Sharp ) de Fernando Cerchio avec Broderick Crawford
Les dollars du Nebraska ( Ringo del Nebraska ) de Antonio Román avec Yvonne Bastien
Django – de Sergio Corbucci avec Franco Nero
Le secret du capitaine O’Hara ( el secreto del capitán O’Hara / il segreto di Ringo) de Arturo Ruiz Castillo avec Germán Cobos
1966Lanky, l’homme à la carabine ( per il gusto di uccidere ) de Tonino Valerii avec Piero Lulli
Les cruels ( i crudeli / the cruel ones / the hellbenders / los despiadados ) de Sergio Corbucci avec Joseph Cotten
Les tueurs de l’Ouest ( el precio de un hombre / the Bounty killer / the price of a man / the ugly ones ) de Eugenio Martín avec Richard Wyler
L’homme qui a tué Billy the Kid ( el hombre que mató a Billy el Niño / ...e divenne il più spietato bandito del sud / a few bullets more / I’ll kill him and return alone / the man who killed Billy the Kid ) de Julio Buchs avec Peter Lee Lawrence
Sugar Colt – de Franco Giraldi avec Jack Betts
Un homme, un colt ( un hombre y un colt / Dakota Joe / un uomo e una colta / man an a colt ) de Tulio Demicheli avec Fernando Sancho
Les aventures extraordinaires de Cervantes ( Cervantes / avventure e gli amori di Miguel Cervantes / young rebel ) de Vincent Sherman avec Gina Lollobrigida
1967Le faucon de Castille ( el halcón de Castilla ) de José María Elorrieta avec Mari Luz Real
Dieu pardonne, pas moi ! ( dio perdonna… io no ! / blood river / god forgives… / god forgives… I don’t ! / tú perdonas... yo no ) de Giuseppe Colizzi avec Bud Spencer
Un train pour Durango ( un treno per Durango / train for Durango / un tren para Durango ) de Mario Caiano avec Anthony Steffen
Qui a tué Fanny Hand ? ( Killer, adiós / Winchester, uno entre mil / Winchester Justice / killer goodbye / Winchester one of one thousand ) de Primo Zeglio avec Rosalba Neri
Un étranger à Paso Bravo ( los pistoleros de Paso Bravo / uno straniero a Paso Bravo / a stranger in Paso Bravo ) de Salvatore Rosso avec Giulia Rubini
1968Une minute pour prier, une seconde pour mourir ( un minuto per pregare, un instante per morire / dead or alive / dove vai ti ammazzo / outlaw gun / Escondido / a minute to pray a second to die ) de Franco Giraldi avec Robert Ryan
Pancho Villa ( Villa rides ) de Buzz Kulik avec Robert Mitchum
Clayton l’implacable ( lo voglio morto / lo quiero muerto ) de Paolo Bianchini avec Lea Massari
Uno dopo l’altro – de Nick Nostro avec Pamela Tudor
Un tueur professionnel ( il mercenario / salario para matar / the mercenary / a professional gun / revenge of a gunfighter ) de Sergio Corbucci avec Jack Palance
Rio Hondo ( Comanche blanco / hour of vengeance / white Comanche / Comancho bianco e venne l’ora della vendetta ) de José Briz Méndez avec William Shatner
Une corde, un colt – de Robert Hossein avec Michèle Mercier
1969Texas ( il prezzo del potere / muerte de un presidente / the price of power ) de Tonino Valerii avec Van Johnson
Adios Sabata ( Indio Black, sai che ti dico… sei un gran figlio di… / Indio Black / Indio Sabata / Sabata II / the Bounty hunters ) de Gianfranco Parolini avec Yul Brynner
1970Viva Sabata ( arriva Sabata! / reza por tu alma...y muere / dollars to die for / Sabata the killer ) de Tulio Demicheli avec Alfredo Mayo
Les compagneros ( ¡ vamos a matar, compañeros ! / los compañeros / compañeros / laßt uns töten, companeros / zwei compañeros ) de Sergio Corbucci avec Tomas Milian
Le colt du révérend ( Reverendo Colt / Reverend’s Colt ) de León Klimovsky avec Guy Madison
CM Palabra de Rey – de Arturo Ruiz Castillo & Joaquín Vera avec José Moreno
1971Black Beauty, le cheval et l’enfant ( Black Beauty ) de James Hill avec Mark Lester
Carmen Boom ( grazie zio, ci provo anch’io ) de Nick Nostro avec Marujita Díaz
Ça va chauffer, Sartana revient ! ( un dolar para Sartana / manos arriba, cadaver, estas detenido / su le mani cadavere ! Sei in arresto) de León Klimowski avec Peter Lee Lawrence
La casa de las Chivas – de León Klimovsky avec Simón Andreu
Far West story, la bande J. et S. ( J. and S. – Storia criminale del far West / la banda J. & S. – Cronaca criminale del far-West / bandera bandits / far West story / los hijos del día y de la noche / J & S : Criminal story of an outlaw couple / die rote sonne der rache / Sonny and Jed ) de Sergio Corbucci avec Susan George
1972Terreur dans le Shanghai Express ( horror express / pánico en el Transiberiano ) de Eugenio Martin avec Peter Cushing
Entre dos amores / La usurpadora – de Luis Lucia avec Manolo Escobar
Mais qu’est-ce que je viens foutre dans cette révolution ? ( che c’entriamo noi con la rivoluzione ? ) de Sergio Corbucci avec Vittorio Gassman
Ricco ( un tipo con una faccia strana ti cerca ucciderti / ajuste de cuentas / cauldron of death / the dirty mob / Gangland / mean machine ) de Tulio Demicheli avec Arthur Kennedy
1973Les colts au soleil / Le pistollero cherche son nom ( lo chiamavano mezzogiorno / the man called Noon / un hombre llamado Noon ) de Peter Collinson avec Stephen Boyd
Trois supermen dans l’Ouest ( ...e così divennero i 3 supermen del West / los tres superhombres en el Oeste ) de Italo Martinenghi avec Salvatore Borghese
Le retour des morts-vivants ( el ataque de los muertos sin ojos ) de Amando de Ossorio avec Tony Kendall
Les rangers défient les karatékas ( tutti per uno... botte per tutti ) de Bruno Corbucci avec George Eastman
1974Dieci bianchi uccisi da un piccolo indiano / Pasión salvaje / Blood River – de Gianfranco Baldanello avec Fabio Testi
Une libellule pour chaque mort ( una libélula para cada muerto ) de León Klimovsky avec Erika Blanc
La dynamite est bonne à boire – de Aldo Sambrell avec Claudine Auger
En la cresta de la ola – de Pedro Lazaga avec Elvira Quintillá
Il richiamo del lupo / The cry of the wolf / The great adventure / la llamada del lobo – de Gianfranco Baldanello avec Joan Collins
Si quieres vivir... dispara – de José María Elorrieta avec James Philbrook
El último proceso en París – de José Canalejas avec Lina Canalejas
    Seulement réalisation
1975Docteur Justice ( doctor Justice / ambición fallida ) de Christian-Jaque avec John Phillip Law
Ambiciosa – de Pedro Lazaga avec Elisa Montés
El in... moral – de José Canalejas avec Rafaela Aparicio
    Seulement réalisation
1976La espada negra – de Francisco Rovira Beleta avec Maribel Martín
Les deux orphelines ( le due orfanelle ) de Leopoldo Savona avec Isabelle Savona
Die standarte – de Ottokar Runze avec Lil Dagover
1978Der tiefstapher – de Karl-Heinz Bieber avec María Asquerino
Cabo de vara – de Raúl Artigot avec Max H. Boulois
1980Huevos revueltos – de Enrique Jiménez Pereira avec José Sazatornil
1981Tac-tac ( han violado a una mujer ) de Luis Alcoriza avec Amparo Soler Leal
1982Femenino singular – de Juanjo López avec Carmen Maura
La desconocida – de José Andrés Alcalde avec Victoria Vera
1983El mercenario II / Jugando con la muerte II – de José Antonio de la Loma avec Jorge Rivero
Cuando Almanzor perdió el tambor – de Luis María Delgado avec Marta Valverde
1984Hydra ( serpiente de mar / the sea serpent / hydra-monster of the deep ) de Amando de Ossorio avec Ray Milland
Bad medecine – de Harvey Miller avec Alan Arkin
1985La cardinale ( padre nuestro ) de Francisco Regueiro avec Fernando Rey
1986Bianco Apache – de Claudio Fragasso & Bruno Mattei avec Sebastian Harrison
Scalps ( ¡Scalps! Venganza india ) de Claudio Fragasso & Bruno Mattei avec Vassili Karis
1987El lute ( el lute : Camina o revienta ) de Vincente Aranda avec Victoria Abril
1996Niño nadie – de José Luis Borau avec Icíar Bollaín
Fiche créée le 6 mai 2015 | Modifiée le 20 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 1495 fois
PREVIOUSGianna Maria Canale || José Canalejas || Lina CanalejasNEXT