CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Charles Rocket
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Paul Moulinot



Date et Lieu de naissance : 30 juin 1912 (Nice, France)
Date et Lieu de décès : 3 décembre 1989 (Ville d’Avray, France)►
Nom Réel : Jean Paul Moulinot

ACTEUR
Image
1963 Mort, où est ta victoire? – de Hervé Bromberger avec Pascale Audret, Laurent Terzieff & Michel Auclair
Image
1965 Un milliard dans un billard (diamantenbilliard) de Nicolas Gessner avec Jean Seberg & Claude Rich
Image
1972 L’affaire Dominici – de Claude Bernard-Aubert avec Jean Gabin, Victor Lanoux & Gérard Depardieu
Image
1974 Impossible… pas français – de Robert Lamoureux avec Jean Lefebvre, Pierre Mondy & Pierre Tornade

C’est à Nice que naît le 30 juin 1912, Jean-Paul Moulinot. Dans l’entre-deux guerre, il devient Parisien et entame des études de lettres. Mais il s’intéresse sérieusement au théâtre et fréquente le Cours Simon et le Conservatoire. Ses professeurs sont alors René de Minil et Béatrice Dussane. C’est à ce moment-là qu’il fait ses premiers pas sur la scène de la Comédie Française en1937, dans «Les affaires sont les affaires» d’Octave Mirbeau. Puis il part aux USA avec toute une équipe, pour monter des pièces françaises dans les Universités. Mais nous sommes en 1939, la guerre est déclarée et il rentre en France. Il est fait prisonnier en 1940. À la Libération, il est engagé au Théâtre des Mathurins par Marcel Herrand et Jean Marchat. Il y joue, entre autre, Cléante dans Tartuffe. C’est ensuite une longue aventure de 14 ans au TNP avec Jean Vilar et où il rencontre son épouse Yvette Hardy qui joue dans la troupe; il se produit évidemment au Festival d’Avignon. Il y côtoie Gérard Philipe, Maria Casares, Daniel Sorano, Philippe Noiret etc. En 1966, Il entre à la Comédie Française , y assume une cinquantaine de rôles classiques et modernes et en devient le 481e sociétaire en 1989.

Jean-Paul Moulinot s’illustre aussi au cinéma, et devient un de nos solides seconds rôles et, même si parfois ce ne sont que des emplois fugitifs, il fait partie de ces acteurs que l’on reconnaît tout de suite. Avec un physique rassurant, classique et dégageant une autorité naturelle, il incarne facilement des notables, des magistrats, des militaires, des domestiques et même des religieux. On le repère pour la première fois sur les écrans en 1946, dans «La foire aux chimères» de Pierre Chenal. On retient ensuite ses rôles dans «L’étrange Madame X» (1950) de Jean Grémillon où il est un majordome très stylé au service de Maurice Escande et de Michèle Morgan; dans «Identité judiciaire» (1950) de Hervé Bromberger, il est un policier et dans «Nous sommes tous des assassins» (1952) de André Cayatte, il est le Directeur de la prison, faisant partie de la glaçante délégation venant chercher le condamné à mort au petit matin.

Jean-Paul Moulinot aime cependant participer à des histoires plus légères, comme «Monsieur Taxi» de André Hunebelle (1952), où il croise Michel Simon ou «La foire aux cancres» (1963) de Louis Daquin, où il est le Maire de la cité des jeunes écoliers. Partenaire à plusieurs reprises de Jean Gabin, il est directeur de banque dans «Victor» (1951) de Claude Heymann, son notaire dans «Monsieur» (1964) de Jean-Paul Le Chanois, et son médecin dans «L’affaire Dominici» (1972) de Claude-Bernard Aubert. Et puis, il est le père de Annie Girardot dans «Mourir d’aimer» (1970) de André Cayatte. Entre temps, il est le Ministre des Armées dans «Les centurions» (1966) de Mark Robson et c’est lui qui envoie Anthony Quinn et ses hommes, en Algérie.

Comme on s’en doute, Jean-Paul Moulinot est invité très régulièrement sur nos petits écrans, notamment dans le cadre de «La caméra explore le temps», du «Théâtre de la jeunesse» et de l’émission de Pierre Sabbagh «Au théâtre ce soir», mais aussi dans des séries telles «Les cinq dernières minutes», et des fictions de qualité comme «Merlusse» d’après Marcel Pagnol, où il incarne le Proviseur. Cet artiste talentueux décède à Ville d’Avray le 3 décembre 1989, l’année même où il devenait Sociétaire de la Comédie Française. Nous aurions aimé le garder plus longtemps.

© Donatienne ROBY

copyright
1946La foire aux chimères – de Pierre Chenal avec Madeleine Sologne
1949Un certain monsieur – de Yves Ciampi avec Hélène Perdrière
Lady Paname – de Henri Jeanson avec Suzy Delair
1950Le traqué / La traque ( gunman in the streets / time running out ) de Frank Tuttle avec Dane Clark
Le traqué – Borys Lewin avec Simone Signoret
    Version française de « Gunman in the streets »
Identité judiciaire – de Hervé Bromberger avec Dora Doll
L’étrange madame X – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan
1951Victor – de Claude Heymann avec Jean Gabin
La plus belle fille du monde – de Christian Stengel avec Françoise Arnoul
Ma femme est formidable – de André Hunebelle avec Sophie Desmarets
1952Nous sommes tous des assassins – de André Cayatte avec Marcel Mouloudji
1952Monsieur Taxi – de André Hunebelle avec Michel Simon
Le rideau rouge / Les rois d’une nuit / Ce soir on joue Macbeth – de André Barsacq avec Pierre Brasseur
1953 CM Monsieur Lune habille son fils – de René Barjavel avec Gadès
1954Le dossier noir – de André Cayatte avec Danièle Delorme
Le rouge et le noir – de Claude Autant-Lara avec Danielle Darrieux
    Seulement voix française
1957Amour de poche / Un amour de poche – de Pierre Kast avec Jean Marais
1959La millième fenêtre – de Robert Ménégoz avec Pierre Fresnay
Ben-Hur ( Ben-Hur : A tale of the Christ ) de William Wyler avec Charlton Heston
    Seulement voix & narration de la version française
1962Le Diable et les dix commandements – de Julien Duvivier avec Louis de Funès
    Segment « Bien d’autrui ne prendras »
Tempête sur Ceylan ( das todesauge von Ceylon / tempesta su Ceylon / storm over Ceylon / scarlet eye ) de Gerd Oswald avec Magali Noël
    Seulement voix française
Shéhérazade – de Pierre Gaspard-Huit avec Anna Karina
    Seulement voix française de Fernando Rey
Les quatre vérités ( las cuatro verdades / le quattro verità / three fables of love ) de Alessandro Blasetti, René Clair, Luis García Berlanga & Hervé Bromberger avec Rossano Brazzi
    Seulement voix française
La poupée – de Jacques Baratier avec Zbignew Cibulski
    Seulement voix française
1963OSS 117 se déchaîne / OSS 117 – de André Hunebelle avec Irina Demick
Le feu follet – de Louis Malle avec Jeanne Moreau
La foire aux cancres – de Louis Daquin avec Jean Rochefort
Mort, où est ta victoire ? – de Hervé Bromberger avec Pascale Audret
Rien ne va plus – de Jean Bacqué avec Achille Zavatta
8 ½ / Huit et demi ( otto e mezzo ) de Federico Fellini avec Marcello Mastroianni
    Seulement voix française de Alfredo de Lafeld
1964Monsieur – de Jean-Paul Le Chanois avec Liselotte Pulver
Nick Carter va tout casser ! – de Henri Decoin avec Eddie Constantine
Et vint le jour de la vengeance ( behold a pale horse ) de Fred Zinnemann avec Gregory Peck
1965Un milliard dans un billard ( diamantenbilliard ) de Nicolas Gessner avec Jean Seberg
Les centurions ( lost command ) de Mark Robson avec Anthony Quinn
1966Sale temps pour les mouches / Commissaire San Antonio – de Guy Lefranc avec Gérard Barray
La fantastique histoire vraie d’Eddie Chapman ( triple cross ) de Terence Young avec Christopher Plummer
    Seulement voix française
La blonde de Pékin – de Nicolas Gessner avec Edward G. Robinson
    Seulement voix française
1967La bataille de San Sebastian ( guns for San Sebastian / i cannoni di San Sebastian ) de Henri Verneuil avec Charles Bronson
Tu seras terriblement gentille – de Dirk Sanders avec Karen Blanguernon
Play time / Playtime / Le temps des loisirs – de Jacques Tati avec Barbara Denneck
    Seulement voix
La gloire des canailles / De la gloire à l’enfer ( dalle Ardenne all’inferno /…und morgen fahrt zur hölle ) de Alberto de Martino avec Frederick Stafford
    Seulement voix française de Adolfo Celi
1968Sous le signe du taureau – de Gilles Grangier avec Suzanne Flon
1970Une drôle de bourrique / L’âne de Zigliara – de Jean Canolle avec Jean Lefebvre
Mourir d’aimer – de André Cayatte avec Annie Girardot
1971L’île au trésor ( die schatzinsel / l’isola del tresoro / treasure island ) de John Hough & Andrea Bianchi avec Orson Welles
    Seulement voix française
1972L’affaire Dominici – de Claude Bernard-Aubert avec Jean Gabin
Le crépuscule des dieux ( Ludwig ) de Luchino Visconti avec Helmut Berger
    Seulement voix française
1973Un flic hors-la-loi / Inspecteur Flatfoot ( Piedone lo sbirro ) de Steno avec Bud Spencer
    Seulement voix française
1974Impossible… pas français – de Robert Lamoureux avec Pierre Mondy
Vive la quille ! ( colonello Buttiglione diventa generale ) de Mino Guerini avec Jacques Dufilho
    Seulement voix française
DO De luttes et de pierre – de Jean-Marie Isnard
    Seulement voix & narration
DO De gloire et de pierre – de Jean-Marie Isnard
    Seulement voix & narration
1975Jeune fille libre le soir / La baby-sitter ( the babysitter / L.A. babysitter / the raw edge / wanted : Babysitter ) de René Clément avec Maria Schneider
    Seulement voix française
Une anglaise romantique ( a romantic englishwoman ) de Joseph Losey avec Glenda Jackson
    Seulement voix française
1976Mado – de Claude Sautet avec Romy Schneider
1978L’affaire Savolta ( la verdad s obre el caso Savolta / nell’occhio della volpe ) de Antonio Drove avec Stefania Sandrelli
    Seulement voix française
1979La triple mort du troisième personnage ( la triple muerte del tercer personaje ) de Helvio Soto avec Brigitte Fossey
    Seulement voix française
1982Les oiseaux noirs ( svarta fåglar ) de Lasse Glomm avec Bibi Andersson
Fiche créée le 9 février 2019 | Modifiée le 19 mars 2019 | Cette fiche a été vue 785 fois
PREVIOUSCharles Moulin || Jean-Paul Moulinot || Marcel MouloudjiNEXT