CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Leo Carrillo
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gérard Landry



Date et Lieu de naissance : 16 octobre 1912 (Buenos Aires, Argentine)
Date et Lieu de décès : 18 septembre 1999 (Nice, France)►
Nom Réel : Landry Fernand Charles Marrier de Lagatinerie

ACTEUR
Image
1951 Une enfant dans la tourmente – de Jean Gourguet avec Blanchette Brunoy & Grégoire Aslan
Image
1953 L’esclave – de Yves Ciampi avec Eleonora Rossi Drago, Daniel Gélin, Louis Seigner & Barbara Laage
Image
1955 La revanche du prince noir (lo spadaccino misterioso) de Sergio Grieco avec Tamara Lees & Frank Latimore
Image
1958 Roland le chevalier sans terre (il cavaliere senza terra) de Giacomo Gentilomo avec Wandisa Guida

De son vrai nom Landry Marrier de Lagatinerie, Gérard Landry est né le 16 octobre 1912 à Buenos-Aires en Argentine. Il passe son enfance aux Etats-Unis avant de poursuivre ses études en France. Il suit des cours au sein de «Sciences Po» qu’il abandonne rapidement au profit du cinéma où il débute comme figurant dans l’entre-deux guerres. En 1931, il apparaît dans une opérette filmée «Coups de roulis» de Jean de la Cour avec Max Dearly.

Alors qu’il enchaîne les petits rôles, Gérard Landry se fait remarquer dans sa composition du conducteur-chef de «La bête humaine» (1938) de Jean Renoir avec Jean Gabin. Devenu jeune premier, il joue avec les vedettes féminines de l’époque. Il est un officier de marine amoureux de Micheline Presle dans «Paradis perdu» (1938) de Abel Gance ou un pêcheur qui succombe aux charmes de Mila Parély dans «Cap au large» (1942). Sur ce tournage, il rencontre Janine Darcey qu’il épouse. Discret sur ses activités de résistant en s’engageant dans le maquis dans le Lot où il est arrêté par la milice, il est décoré de la Croix de Guerre. Après-guerre, il retrouve son registre de rôles romantiques. Il est le partenaire de Giselle Pascal dans «Lunegarde» (1944) de Marc Allégret, Simone Valère dans «Barry» (1948) de Richard Pottier, Blanchette Brunoy dans «Un enfant dans la tourmente» (1954) ou Claudine Dupuis dans «La fille perdue» (1953), tous deux de Jean Gourguet. Il participe à l’odyssée véridique d’un sous-marin pendant la Seconde Guerre mondiale dans «Casabianca» (1950) avec Pierre Dudan et Jean Vilar. Au gré d’une production franco-italienne, il partage l’affiche avec Marina Vlady de «Marco la bagarre» (1953).

Après son divorce avec Jacqueline Porel, Gérard Landry s’intalle en Italie où il épouse la vedette de romans-photos Annie Alberti. Cette notoriété romaine lui permet d’être sollicité pour des œuvres plus ambitieuses. Pendant l’âge d’or de Cinecittà, devenu tête d’affiche il joue dans des péplums et des films de cape et d’épée. Il compose le Prince de Galles dans l’adaptation de «Kean» (1956) de Alexandre Dumas avec Vittorio Gassman dans le rôle-titre. On se souvient de sa prestation du capitaine de l’armée italienne dans «La marche sur Rome» (1962) de Dino Risi qui évoque les aventures de deux chemises noires, Vittorio Gassman et Ugo Tognazzi, lors de la marche de Mussolini sur la capitale italienne. Il revient en France pour tourner au Cirque Bouglione dans «Trapèze» (1955) auprès de Burt Lancaster, Tony Curtis et Gina Lollobrigida. À cette période, il est distribué dans un seul film français «Les aveux les plus doux» (1970) de Edouard Molinaro, dont son fils Marc Porel est tête d’affiche. Il côtoie Terence Hill et Bud Spencer dans des productions comme «On continue à l’appeler Trinita» (1971). Pour un des ses derniers rôles transalpins, il est dirigé par Alberto Sordi dans «Tutti dentro» (1984) qui demeure inédit.

De retour en France, Gérard Landry apparaît dans des productions de «série B» réalisées par le spécialiste du cinéma fantastique Jean Rollin. Il joue dans un thriller «Les trottoirs de Bangkok» (1984) et une comédie «Ne prends pas les poulets pour des pigeons» (1985) que Jean Rollin réalise sous le pseudonyme de Michel Gentil. Sa famille connaît un destin tragique avec les disparitions prématurées de son fils Marc Porel et de sa petite-fille Bérengère de Lagatinerie. Retiré sur la Côte d’Azur, Gérard Landry décède dans l’indifférence générale le 18 septembre 1999, à l’hôpital Saint-Roch de Nice.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1930Coups de roulis – de Jean de La Cour avec Max Dearly
1932Mirages de Paris – de Fédor Ozep avec Alice Tissot
Rocambole – de Gabriel Rosca avec Jim Gérald
1933L’épervier / Les amoureux – de Marcel L’Herbier avec Charles Boyer
1937Ces dames aux chapeaux verts – de Maurice Cloche avec Marguerite Moreno
Chéri-Bibi – de Léon Mathot avec Pierre Fresnay
1938La bête humaine – de Jean Renoir avec Simone Simon
Le patriote – de Maurice Tourneur avec Harry Baur
1939Nord-Atlantique – de Maurice Cloche avec Pierre Renoir
Entente cordiale – de Marcel L’Herbier avec Arlette Marchal
Paradis perdu – de Abel Gance avec Micheline Presle
1940La Vénus aveugle – de Abel Gance avec Viviane Romance
1941Les hommes sans peur – de Yvan Noé avec Jean Murat
CM La belle vie – de Robert Bibal avec Janine Darcey
1942Cap au large – de Jean-Paul Paulin avec Mila Parély
1943Béatrice devant le désir / Béatrice – de Jean de Marguenat avec Renée Faure
Le mort ne reçoit plus – de Jean Tarride avec Jules Berry
1944Lunegarde – de Marc Allégret avec Lise Delamare
1948Barry – de Richard Pottier avec Simone Valère
1949Le quatre-vingt-quatre prend des vacances – de Léo Joannon avec Yves Deniaud
La nuit s’achève – de Pierre Méré avec Ludmilla Tchérina
CM Autour d’une collection – de Jean-Claude Huisman avec Nicole Courcel
1950Casabianca – de Georges Péclet avec Pierre Dudan
Nuit sans étoiles ( night without stars ) de Anthony Pelissier avec Nadia Gray
1951Le désir et l’amour – de Henri Decoin & Luis María Delgado avec Carmen Sevilla
Sérénade au bourreau – de Jean Stelli avec Tilda Thamar
Une enfant dans la tourmente / L’enfant dans la tourmente – de Jean Gourguet avec Grégoire Aslan
1952L’étrange amazone – de Jean Vallée avec Jeannette Batti
Les amants de Tolède ( el tirano de Toledo / gli amanti di Toledo/ lovers of Toledo ) de Henri Decoin & Fernando Palacios avec Alida Valli
La caraque blonde – de Jacqueline Audry avec Roger Pigaut
Le club des quatre cents coups – de Jacques Daroy avec Michèle Philippe
CM La chasse à l’homme – de Pierre Kast avec Marthe Mercadier
1953La fille perdue – de Jean Gourguet avec Claudine Dupuis
Les passionnés ( canzone appassionata ) de Giorgio Simonelli avec Elisa Cegani
L’esclave – de Yves Ciampi avec Eleonora Rossi Drago
Marco la bagarre ( Musoduro / amore selvaggio ) de Giuseppe Benati avec Marina Vlady
1954L’hôtel du rendez-vous / Hôtel du rendez-vous ( tua per la vita ) de Sergio Grieco avec Gaby André
L’esclave du roi / Rigoletto ( Rigoletto e la sua tragedia ) de Flavio Calzavara avec Aldo Silvani
Cento serenate – de Anton Giulio Majano avec Maria Fiore
1955La revanche du prince noir ( lo spadaccino misterioso ) de Sergio Grieco avec Tamara Lees
La rivale – de Anton Giulio Majano avec Maria Mauban
1956Trapèze ( trapeze ) de Carol Reed avec Gina Lollobrigida
Kean ( Kean, genio e sregolatezza ) de Vittorio Gassman avec Anna-Maria Ferrero
Le chevalier de la violence ( Giovanni dalle bande nere ) de Sergio Grieco avec Constance Smith
1957Orizzonte infuocato – de Roberto Bianchi Montero avec Patrizia Della Rovere
Le masque noir ( il diavolo nero ) de Sergio Grieco avec Milly Vitale
Dieu seul m’arrêtera ( solo dio mi fermerà ) de Renato Polselli avec Lea Padovani
1958Le danger vient de l’espace ( la morte viene dallo spazio / the day the sky expoded / death comes from space / death from outer space ) de Paolo Heusch avec Fiorella Mari
Roland le chevalier sans terre ( il cavaliere senza terra ) de Giacomo Gentilomo avec Wandisa Guida
Le pirate de l’épervier noir ( il pirata dello spaviero nero ) de Sergio Grieco avec Mijanou Bardot
1959Les prisonniers de la tour ( i reali di Francia ) de Mario Costa avec Chelo Alonso
Avventura in città – de Robert Savarese avec Luisella Boni
L’archer noir / Le masque de la terreur ( l’arciere nero ) de Piero Pierotti avec Fulvia Franco
Le général ennemi ( the enemy general ) de George Sherman avec Dany Carrel
Spada senza bandiera – de Carlo Veo avec Mara Berni
Cinq femmes marquées ( five banded women / Jovanka e le altre ) de Martin Ritt avec Jeanne Moreau
1960Caravan patrol – de Mario Amendola avec Nino Taranto
Les pirates de la côte ( i pirati della costa / pirates of the Barbary Coast ) de Domenico Paolella avec Estella Blain
Le retour de Robin des Bois ( il cavaliere dai cento volti ) de Pino Mercanti avec Lex Barker
La chasse aux maris ( caccia al marito ) de Marino Girolami avec Lorella De Luca
Les bacchantes ( le baccanti ) de Giorgio Ferroni avec Tania Elg
Ferragosto in bikini – de Marino Girolami avec Walter Chiari
1961Capitani di ventura – de Angelo Dorigo avec Wandisa Guida
Re Manfredi / Lo sterminatore dei barbari – de Paolo Lombardo & Piero Regnoli avec Ken Clark
1962La marche sur Rome ( la marcia su Roma ) de Dino Risi avec Roger Hanin
Les gauchos / Le sang et le défi ( il sangue e la sfida ) de Nick Nostro avec John Kitzmiller
1963Canzoni in... bikini – de Giuseppe Vari avec Maria Grazia Buccella
Il ribelle di Castelmonte – de Vertunnio De Angelis avec Annie Alberti
1964La barca sin pescador – de Josep Maria Forn avec Amparo Soler Leal
F.B.I. opération vipère jaune ( im netz der gelben viper – Das FBI schlägt zu / Die schlangenbande ) de Wolfgang Schleif avec Massimo Serato
1965El primer cuartel – de Ignacio F. Iquino avec José Suárez
Attaque à Rivière-Rouge ( Río Maldito ) de Juan Xiol avec Gustavo Re
1966Hold-up au centre nucléaire ( per favore... non sparate col cannone / Assalto al centro nucleare ) de Mario Caiano avec Claudio Gora
Monsieur Dynamite ( Mister Dynamite – morgen küßt euch der tod / die slowly, you’ll enjoy it more / Mister dinamita, mañana os besará la muerte / muori lentamente… te la godi di più / spy today, die tomorrow ) de Franz Josef Gottlieb avec Amedeo Nazzari
1967Typhon sur Hambourg ( con la muerte a la espalda / con la morte alle spalle / Electra 1 / operation taifun ) de Alfonso Balcázar avec Vivi Bach
Mort un jour de pluie ( chinos y minifaldas / death on a rainy day / morte in un giorno di pioggia / die rache des Dr. Kung / der sarg bleibt heute zu ) de Ramón Comas avec Adrian Hoven
1968Horas prohibidas – de Juan Xiol avec Lina Egan
1969Les assoiffées du sexe ( la casa delle mele mature ) de Pino Tosini avec Erika Blanc
1970On continue à l’appeler Trinita ( …constinuavano a chiamarlo Trinità / all the way Trinity / Trinity is still my name ! ) de Enzo Barboni avec Bud Spencer
1971Les aveux les plus doux – de Edouard Molinaro avec Philippe Noiret
1973Les anges mangent aussi des fayots ( anche gli angeli mangiano fagioli / even angels eat beans / también los ángeles comen judías ) de Enzo Barboni avec Giuliano Gemma
1974Faccia di spia – de Giuseppe Ferrara avec Francisco Rabal
La baiser d’une morte ( il bacio di una morta ) de Carlo Infascelli avec Peter Lee Lawrence
1975Laure ( forever Emmanuelle ) de Emmanuelle Arsan & Ovidio G. Assonitis avec Annie Belle
1982Stangata napoletana / La trastola – de Vittorio Caprioli avec Treat Williams
1984Tutti dentro – de Alberto Sordi avec Joe Pesci
Les trottoirs de Bangkok / Bangkok interdit – de Jean Rollin avec Françoise Blanchard
1985Ne prends pas les poulets pour des pigeons – de Jean Rollin avec Michel Galabru
Anemia – de Alberto Abruzzese & Achille Pisanti avec Gioia Scola
Fiche créée le 9 janvier 2010 | Modifiée le 6 avril 2020 | Cette fiche a été vue 9935 fois
PREVIOUSPaul Landrin || Gérard Landry || Lola LaneNEXT