CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Danny Kaye
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Magdah



Date et Lieu de naissance : 4 mai 1931 (Tanta, Egypte)
Date et Lieu de décès : 16 janvier 2020 (Gizeh, Egypte)
Nom Réel : Afaf Ali Kamel Al-Sabahi (ماجدة‎)

ACTRICE
Image
1952 Bilal, le muezzin du Prophète (Belal moa’zen el-rasool / بلال مؤذن الرسول) de Ahmed El Touki
Image
1956 Crime et châtiment (al-garima wi al-iqab / الجريمة والعقاب) de Ibrahim Omara avec Shokry Sarhan
Image
1958 Djamila, l’algérienne (Djamilah / جميلة) de Youssef Chahine avec Ahmed Mazhar & Roshdy Abaza
Image
1961 J’aime cet homme (hatha al ragol ohebboh / هذا الرجل أحبه) de Hussein Helmy Elmohandes avec Yehia Chahine

Icône de l’âge d’or du cinéma egyptien, Magdah est née Afaf Ali Kamel Al-Sabahi, le 4 mai 1931, à Tanta, ville située dans le delta du Nil entre Le Caire et Alexandrie. Son père est un employé du ministère des Communications. Elle grandit dans un pays libéré du joug britannique, dirigé depuis 1922 par la roi Fouad 1er, et décroche son baccalauréat de français à 16 ans. Adolescente, elle fait un peu de radio avant d’être repérée par le réalisateur Saifuddin Shawkat qui est à la recherche d’une jeune première pour son film «Le conseiller». Après des tests concluants, elle décroche le rôle et partage la tête d’affiche avec deux stars du cinéma egyptien, Ismail Yasin et Farid Shawqi. À cette occasion, elle change son nom en Magdah (orthographié aussi Magda), pour ne pas attirer l’attention de ses parents. Peine perdue, en un film elle est déjà sacrée vedette.

Dès lors, Magdah, jeune comédienne éclatante de beauté et radieuse de luminosité, enchaine les films à une cadence effrénée, principalement des mélodrames ou des romances à l’eau de rose. Pendant une vingtaine d’années, elle tourne sous la direction des plus grands réalisateurs de son pays, comme Ahmed Badrakhan, Henry Barakat ou Ahmad Dheyauddin. Son nom est souvent associé à des artistes de renom, tels que Farid El Atrache, Faten Hamamah, Yehia Chahine, Shadia, Sabah ou Ahmed Ramzy. Elle donne aussi la réplique au jeune Omar Sharif dans «Rive aux secrets» (1957) de Atef Salem. En 1958, pour Youssef Chahine, elle incarne «Djamila, l’algérienne», un biopic sur Djamila Bouhired, militante du FLN durant la Guerre d’Algérie.

Au milieu des années 50, Magdah fonde la propre compagnie de production «Magda Films», pour financer les projets qui lui tiennent à cœur. En 1956, elle produit et interprète «Où est ma vie?», adaptation d’un roman de Ihssan Abdel Koudouss réalisé par Ahmad Dheyauddin, et deux ans plus tard c’est «Djamila» déjà cité. Dans «La migration du prophète à Médine» (1963), fresque historique et religieuse de Ibrahim Emara, elle interprète une danseuse qui, accompagnée des deux esclaves Fares et Habiba décide de défendre le prophète Mahomet et sa vocation. Une dizaine d’autres productions vont suivre dont «Pourquoi j’aime» (1966) qu’elle scénarise et réalise. Dans «Un nez et trois yeux» (1972) de Hussein Kamal, tiré d’un récit de Naguib Mahfouz, elle est Amina, follement amoureuse du docteur Hashem, interprété par Mahmoud Yassine, un coureur de jupons déchiré entre trois femmes. En 1982, elle retrouve Youssef Chahine pour jouer un petit rôle dans «La mémoire», avec Nour El-Sherif dans le rôle d’un cinéaste qui lors d’une opération du cœur revoit sa vie.

En 1963, Magdah se marie avec Ihab Nafea, un officier du renseignement, et le fait engager à ses côtés dans le mélodrame «La vérité nue» de Atef Salem, où l’actrice incarne une guide touristique au caractère bien trempé qui refuse de se marier, mais sa rencontre avec Ahmed va faire vaciller ses convictions. De cette union naît une fille, Ghada, en 1965, le couple se sépare deux ans plus tard. L’actrice ne se remariera jamais et n’aura plus d’enfants. En 1993, après un dernier rôle dans «J’ai oublié que j’étais une femme» de Atef Salem, elle se retire définitivement du monde du cinéma. Elle meurt le 16 janvier 2020 à Dokki, quartier résidentiel de Gizeh près du Caire.

© Pascal DONALD

copyright
1948Le conseiller / Le mentor / L’intelligent ( el nasseh / الناصح فيلم ) de Saifuddin Shawkat avec Ismail Yasin
1949Laissez-moi chanter ( sibuni aghani / سيبوني أغني ) de Hussein Fawzi avec Ismail Yasin
Felfel / Poivre ( flfli / فلفل ) de Mustafa El Attar & Saifuddin Shawkat avec Lola Sedki
1950La nuit de noces ( lailat el dokhla / ليلة الدخلة ) de Hassan Mustafa avec Hassan Fayek
Destin d’amour / Le bien-aimé ( habayby keteer / حبايبي كتير ) de Kamal Attia avec Farid Shawqi
1951Je suis une fille de bonne famille ( ana bint nass / أنا بنت ناس ) de Hassan Al Imam avec Faten Hamamah
Une nuit d’amour ( lailat gharam / ليلة غرام ) de Ahmed Badrakhan avec Hussein Riad
La caravane passe ( el kafela tassir / القافلة تسير ) de Ibrahim Lama avec Samir Abdallah Lama
Jeunesse volage ( taysh alshabab / طيش الشباب ) de Ahmed Kamel Morsy avec Mahmoud El Meleigy
1952La chanson éternelle / Chanson immortelle ( lahn al khoulou / لحن الخلود ) de Henry Barakat avec Farid El Atrache
Le triomphe de l’Islam ( intisar el Islam / انتصار الإسلام ) de Ahmed El Touki avec Mohsen Sarhan
Moustafa Kamel ( Mustafaa Kamil / مصطفى كامل ) de Ahmed Badrakhan avec Anwar Ahmed
Toute seule / Je suis seule ( ana wahudi / أنا وحدي ) de Henry Barakat avec Abdelrahim El Zarakany
La route du bonheur / Le chemin du bonheur ( tarik el saada / طريق السعادة ) de Kamal Hefnawi avec Kamal El-Shinnawi
La maison du bonheur / La famille heureuse ( albayt alsaeid / البيت السعيد ) de Hussein Sedky avec Lebleba
La foi ( aleman / الإيمان ) de Ahmed Badrakhan avec Farid Shawqi
Bilal, le muezzin du Prophète ( Belal moa’zen el-rasool / بلال مؤذن الرسول ) de Ahmed El Touki avec Yehia Chahine
Je n’ai personne / À la limite du malaise ( malish hadin / ماليش حد ) de Ibrahim Emara avec Shadia
La loi du port ( fi sharae miyn / في شرع مين ) de Hassam El Eman avec Hussein Riad
1953Justice des faits / La règle du temps ( hakam alzaman / حكم الزمان ) de Henry Barakat avec Emad Hamdy
La vendeuse de pain / La boulangère ( baeat el khubiz / بائعة الخبز ) de Hassan Al Imam avec Omar El-Hariri
Dahab ( دهب ) de Anwar Wagdi avec Anwar Wagdi
Et passent les jours / Et les jours sont passés ( marrat al ayyam / مرت الأيام ) de Ahmad Dheyauddin avec Yehia Chahine
1954Mademoiselle Hanafi ( el-anesah Hanafi / الآنسة حنفي ) de Fatin Abdulwahhab avec Ismail Yasin
Péché interdit / L’injustice est interdite / On doit être juste ( el zulum haram / الظلم حرام ) de Hassan El-Seify avec Imad Hamdi
Le village des amoureux ( qaryat aleishaq / قرية العشاق ) de Ahmad Dheyauddin avec Yehia Chahine
Fajr (فجر ) de Atef Salem avec Gamal Fares
1955Laissez-moi vivre ( dewnaa’aeish / daouni aish / دعونى اعيش ) de Ahmad Dheyauddin avec Salah Nazmi
Les souhaits de la vie ( amani el-umr / أماني العمر ) de Saifuddin Shawkat avec Sad Abdulwahhab
La promise ( almiead / الميعاد ) de Ahmed Kamel Morsy avec Tahia Carioca
Par amour ( fi sabil alhabi / في سبيل الحب ) de Isa Karama avec Abdelalim Khattab
Dieu est avec nous ( Allah maana / الله معانا ) de Ahmed Badrakhan avec Mahmoud El Meliguy
1956Assez mon œil / Ne pleurez plus mes yeux / Sèches tes yeux ( kifayat ya ein / كفاية يا عين ) de Hossam El Din Mostafa avec Kamal El Shennawy
Notre verte terre ( ardina alkhadra / أرضنا الخضراء ) de Ahmad Dheyauddin avec Shokry Sarhan
Filles d’aujourd’hui / Les filles modernes ( banat alyawm / بنات اليوم ) de Henry Barakat avec Ahmed Ramzy
El miad – de Ahmad Kamel Mursi avec Salah Nazmi
L’étranger ( el gharib / الغريب ) de Fatin Abdulwahhab & Kamal El-Shaikh avec Yehia Chahine
Où est ma vie ? / Où suis-je ? ( ayn omry / أين عمري ) de Ahmad Dheyauddin avec Ahmed Ramzy
    + production
Crime et châtiment ( al-garima wi al-iqab / الجريمة والعقاب ) de Ibrahim Omara avec Shokry Sarhan
Les femmes dans ma vie ( nisa’a fi hayaty / نساء في حياتي ) de Fatin Abdel Wahab avec Hind Rostom
1957Les amants de la nuit ( oshak el lail / eashaq allayl / عشاق الليل ) de Kamal Atteya avec Yehia Chahine
La fin d’un amour / Finale d’un amour ( nehayet hub / نهاية حب ) de Hassan El-Seify avec Choukri Sarhane
Avec le temps… ( mae al’ayam / مع الأيام ) de Ahmad Dheyauddin avec Emad Hamdy
Rive aux secrets / Le rivage des secrets ( shati el asrar / شاطئ الإسرار ) de Atef Salem avec Omar Sharif
1958Djamila, l’algérienne / Djamila ( Djamilah / جميلة ) de Youssef Chahine avec Ahmed Mazhar
    + production
1959Pour mon amour ( min agl hubbi / من أجل حبي ) de Kamal El Sheikh avec Farid El Atrache
Quais et Leïla / Kaiss et Leila ( Qays we Laila / قيس وليلى ) de Ahmad Dheyauddin avec Omar El-Hariri
Entre tes mains / Prends moi dans tes bras ( bein edeik /بين ايديك ) de Youssef Chahine avec Shukry Sarhan
1960Les adolescentes / Les teenagers ( almoraheqat / المراهقات ) de Ahmad Dheyauddin avec Roshdy Abaza
Les gens d’en bas ( elnas elli taht / الناس اللي تحت ) de Kamel Telmisany avec Youssef Wahby
    Seulement production
1961J’aime cet homme ( hatha al ragol ohebboh / هذا الرجل أحبه ) de Hussein Helmy Elmohandes avec Yehia Chahine
Les trois chevaliers ( al foursan al thalathah / الفرسان الثلاثة ) de Fatine Abdel Wahab avec Ismail Yassine
    Seulement production
1962Le monde des filles ( dunia al-banat / دنيا البنات ) de Saad Arafa avec Roshdy Abaza
Vacances de mi-année ( agazet nos el sana / أجازة نص السنة ) de Aly Reda avec Mahmoud Reda
Une histoire oubliée ( qissa mamno’oa / koussa mamnoua / قصة ممنوعة ) de Tolba Radwan avec Mahmoud Al Meleji
1963La vérité nue / La vérité toute nue ( el hakika el aria / الحقيقة العارية ) de Atef Salem avec Abdel Moneim Ibrahim
Vendeuse de journaux / La marchande de journaux ( bayya’at al garayid / بياعة الجرايد ) de Hassan Al Imam avec Youssef Fakhr-Eddine
La migration du prophète à Médine ( hijrat alrasul / هجرة الرسول ) de Ibrahim Emara avec Ihab Nafei
    + production
1965La révolution du Yémen / Révolution au Yémen ( thawrat al Yaman / ثورة اليمن ) de Atef Salem avec Hassan Youssef
1966Pourquoi j’aime ( mn oheb / من أحب ) de Magdah avec Ahmed Mazhar
    + scénario, musique & production
1967Le dernier baiser ( al koubla al akhira / القبلة الأخيرة ) de Mahmoud Zulfikar avec Roshdy Abaza
Eve sur la route / Eve est en route ( hawaa alal tarik / حواء على الطريق ) de Hussein Helmy avec Abdelazim Abdelhack
1968L’homme qui avait perdu son ombre ( el ragol el-lazi fakad zilloh / الرجل الذي فقد ظله ) de Kamal El-Shaikh avec Salah Dhulfeqar
1969Une femme de cinq hommes ( zawjat likhmsat rijal / زوجة لخمسة رجال ) de Seif El Din Shawkat avec Emad Hamdy
    + production
1970Le mirage ( al-sarab / السراب ) de Anwar El-Shenawy avec Nour El-Sherif
    + production
Les plus grands hommes de l’Islam ( min ozma al Islam / مِن عظماء الإسلام ) de Niazi Mostafa avec Hassan Abdin
    Seulement production
1972Un nez et trois yeux ( anf wa thalath ouyoun / أنف وثلاث عيون ) de Hussein Kamal avec Mahmoud Yassine
    + production
1975La sirène ( el naddaha / النداهة ) de Hussein Kamal avec Shokry Sarhan
    + production
1976Le sexe faible ( gens naem / جنس ناعم ) de Mohamed Abdelaziz avec Samir Sabri
    + production
1978La vie dure une seconde ( al omr lahza / العمر لحظة ) de Mohamed Radi avec Ahmed Mazhar
    + production
1979Un type de femmes ( naw min al nisâ / نوع من النساء ) de Hassan Al Saïfi avec Samir Ghanem
    Seulement production
1982La mémoire ( hadduta misrija / hadduta misriyya / حدوتة مصرية ) de Youssef Chahine avec Mohsen Mohieddin
1987Quand le silence parle ( endama yatklam elsamet / عندما يتكلم الصمت ) de Kariem Diaa Aldeen avec Hesham Selim
1993J’ai oublié que j’étais une femme ( wanasiat ’aniy aimra’a / ونسيت أني امرأة ) de Atef Salem avec Hussain Al Sharif
Fiche créée le 21 janvier 2020 | Modifiée le 22 janvier 2020 | Cette fiche a été vue 2028 fois
PREVIOUSPua Magasiva || Magdah || Pupella MaggioNEXT