CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Holly Woodlawn
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Renée Devillers



Date et Lieu de naissance : 9 octobre 1902 (Paris, France)►
Date et Lieu de décès : 5 août 2000 (Lagny-sur-Marne, France)►
Nom Réel : Renée Blanche Deteix

ACTRICE
Image
1941 Les affaires sont les affaires – de Jean Dréville avec Charles Vanel, Aimé Clariond & Jacques Baumer
Image
1944 Lunegarde – de Marc Allégret avec Gaby Morlay, Jean Tissier, Saturnin Fabre & Giselle Pascal
Image
1945 Fausse identité – de André Chotin avec Raymond Bussières, Louise Carletti & Georges Rollin
Image
1951 Un grand patron – de Yves Ciampi avec Pierre Fresnay, Jean-Claude Pascal & Roland Alexandre

Renée Blanche Deteix qui deviendra pour le public Renée Devillers, naît à Paris le 9 octobre 1902 de parents breton et normand. Son père est employé de bureau et sa mère fleuriste. Elle a tout juste 14 ans quand elle passe une audition à l’Odéon. Paul Gavault est impressionné par son talent précoce et l’engage. Firmin Gémier la fait travailler et elle incarne facilement une Agnès digne de Molière. Elle est aussi Puck le petit diable du «Songe d’une nuit d’été» de Shakespeare. Elle grandit et devient une jolie jeune femme, fine, gracieuse, distinguée. En 1923, elle joue dans «La petite chocolatière» de Paul Gavault. Puis elle part pour Lyon et s’illustre au célèbre théâtre des Célestins. Revenue dans la capitale en 1928, le célèbre compositeur Maurice Yvain lui propose plusieurs rôles dans ses opérettes légères. On la retrouve sur les principales scènes de boulevard pour servir Jean Giraudoux, Paul Géraldy, Jean Anouilh et bien d’autres. À l’invitation de Maurice Escande, elle entre en 1961 comme pensionnaire pour 6 ans à la Comédie Française (après l’avoir refusé deux fois). Son aisance, sa belle diction font que l’on se souvient encore de ses interprétations du «Dialogue des Carmélites», des «Caprices de Marianne», de «Marie Stuart» etc...

Si Renée Devillers choisit davantage la scène, elle vient aussi sur les grands écrans de notre 7ème Art pour presque une trentaine d’apparitions. Elle débute «au temps du cinéma muet», dans un mélodrame à épisodes, «L’affaire du train 24». Elle tourne 5 films avant guerre, dont deux avec Victor Francen («L’appel de la vie» en 1936, de Georges Neveux, et «J’accuse» en 1938, de Abel Gance) et un avec Maurice Chevalier dont elle joue la timide fleuriste amoureuse, pour «L’homme du jour» (1936).

Pendant la Guerre, Renée Devillers apparaît dans des œuvres plébiscitées par le public, dont «Untel père et fils» (1940) de Julien Duvivier. (1940). En 1942, dans «Le voile bleu», elle est une mère qui confie son fils à Gaby Morlay. «Les affaires sont les affaires» affirme Jean Dréville, en 1942, où elle figure au générique pour être la fille de Charles Vanel. La Guerre est finie et «Les amoureux sont seuls aux monde» (1947), autre affirmation de Henri Decoin cette fois et où elle devient l’épouse d’un Louis Jouvet partagé entre deux amours. Sacha Guitry fait appel à elle dans «Le diable boiteux» (1948) et «Si Versailles m’était conté» (1954) pour incarner des aristocrates distinguées. Elle devient l’épouse de Pierre Dux dans «Les dernières vacances» (1947), de Jean Chevrier dans «Le droit de l’enfant» (1948), de Pierre Fresnay dans «Un grand patron» de Yves Ciampi (1951). Dans «L’appel du destin» (1952), elle est la gouvernante du jeune Roberto Benzi. Elle partage le générique avec Fernandel dans deux opus: «Coiffeur pour dames» (1952) de Jean Boyer et «Mam’selle Nitouche» (1953) de Yves Allégret. «Le blé en herbe» (1953) de Claude Autant-Lara, lui donne le rôle de mère du jeune homme qui va découvrir la vie avec Edwige Feuillère. Son dernier rôle au cinéma est dans «Thérèse Desqueyroux» (1962) de Georges Franju.

Renée Devillers ne néglige pas non plus le petit écran et nous nous souvenons d’elle en 1964, dans le rôle de Philaminte des «Femmes savantes», mise en scène de Jean Meyer. Remarquable aussi est son interprétation de la mère supérieure, lors du «Procès de canonisation de Sainte Thérèse» (1961). Epouse du banquier Jean Conrad Hottinguer, Madame la Baronne fut mère de trois enfants. Elle s’éteint à Lagny-sur-Marne, en 2000, et est inhumée au cimetière de Guermantes.

© Donatienne ROBY

copyright
1921L’affaire du train 24 – de Gaston Leprieur avec Eugénie Nau
    Sérial en 8 épisodes
    1 : Faute de jeunesse
    2 : L’ombre du passé / 25 ans plus tard
    3 : Baluchet opère lui-même
    4 : À la recherche de l’inconnu
    5 : Le rapide Bordeaux
    6 : Contre-enquête
    7 : Une lueur dans les ténèbres
    8 : Baluchet triomphe
1930La douceur d’aimer – de René Hervil avec Victor Boucher
1932Ma femme… homme d’affaires – de Max de Vaucorbeil avec Robert Arnoux
1934Le billet de mille – de Marc Didier avec Constant Rémy
1936L’homme du jour – de Julien Duvivier avec Maurice Chevalier
L’appel de la vie – de Georges Neveux avec Victor Francen
1937J’accuse ! – de Abel Gance avec Victor Francen
1940Untel père et fils – de Julien Duvivier avec Raimu
1941La femme que j’ai le plus aimée – de Robert Vernay avec Noël-Noël
Les affaires sont les affaires – de Jean Dréville avec Charles Vanel
1942Le voile bleu – de Jean Stelli avec Gaby Morlay
1944Lunegarde – de Marc Allégret avec Jean Tissier
1945Fausse identité – de André Chotin avec Raymond Bussières
Roger la honte – de André Cayatte avec Lucien Coëdel
1947Les dernières vacances – de Roger Leenhardt avec Pierre Dux
Les amoureux sont seul au monde – de Henri Decoin avec Louis Jouvet
1948Le diable boiteux – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
Cartouche, roi de Paris – de Guillaume Radot avec Roger Pigaut
Le droit de l’enfant – de Jacques Daroy avec Jean Chevrier
1951Un grand patron – de Yves Ciampi avec Pierre Fresnay
1952L’appel du destin – de Georges Lacombe avec Jean Marais
Coiffeur pour dames – de Jean Boyer avec Fernandel
1953Mam’zelle Nitouche – de Yves Allégret avec Pier Angeli
Le blé en herbe – de Claude Autant-Lara avec Edwige Feuillère
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Claudette Colbert
1957Fernand clochard – de Pierre Chevalier avec Fernand Raynaud
1959Les fruits du péché / Secret professionnel – de Raoul André avec Raymond Pellegrin
1961Climats – de Stellio Lorenzi avec Jean-Pierre Marielle
1962Thérèse Desqueyroux / Thérèse – de Georges Franju avec Philippe Noiret
Fiche créée le 16 mars 2013 | Modifiée le 17 juillet 2020 | Cette fiche a été vue 5079 fois
PREVIOUSMichel Deville || Renée Devillers || Andy DevineNEXT