CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Florestano Vancini
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacques Toja



Date et Lieu de naissance : 1er septembre 1929 (Nice, France)►
Date et Lieu de décès : 23 mars 1996 (Neuilly-sur-Seine, France)►
Nom Réel : Jacques Camille Toja

ACTEUR
Image
1954 La tour de Nesle – de Abel Gance avec Pierre Brasseur, Silvana Pampanini, Constant Rémy & Rellys
Image
1961 Le capitaine Fracasse – de Pierre Gaspard-Huit avec Jean Marais, Gérard Barray & Anna-Maria Ferrero
Image
1961 Les trois mousquetaires – de Bernard Borderie avec Gérard Barray, Mylène Demongeot & Guy Tréjan
Image
1964 Merveilleuse Angélique – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier, Claude Giraud & Jean Rochefort

Jacques Toja naît à Nice le 1er septembre 1929, d’un père commerçant. C’est son grand-père maternel, passionné de théâtre, qui lui fait découvrir les héros de Corneille, de Racine et de la Mythologie. Après le bac, il entreprend des études de droit et songe à devenir expert-comptable. Mais par passion, il suit les cours du Conservatoire niçois et décroche au bout de deux ans un premier prix, ce qui l’incite à tenter le Conservatoire parisien. Il se retrouve dans la classe de Denis d’Ines et a comme condisciples Claude Rich, Jean-Pierre Marielle et Annie Girardot. Il est à nouveau récompensé par deux prix lui ouvrant en 1953, les portes de la Comédie-Française. Il faut dire qu’il a tout pour lui: un physique, une présence et une superbe voix, très facilement reconnaissable, noble, claire, bien posée. Il foule la scène de la salle Richelieu et tient le rôle du Comte Almaviva dans le «Barbier de Séville» de Beaumarchais. Il choisit cependant d’en partir pour créer «La Mamma» sur les boulevards, pièce de André Roussin aux côtés de Elvire Popesco. Mais le théâtre classique lui manque; il signe un nouvel engagement au Français et devient le 436e sociétaire en 1960. Il aborde tout le répertoire des jeunes premiers et participe à la création de pièces comme «Ondine» de Jean Giraudoux avec Isabelle Adjani. Parallèlement, il s’intéresse au fonctionnement de la mythique maison et devient l’assistant de Maurice Escande, alors administrateur en titre. En 1979, il succède à Pierre Dux pour assumer cette fonction et cela pendant 4 ans.

Et le cinéma dans tout cela? Comme on peut s’en douter, il a l’occasion d’y venir! On le découvre la toute première fois, en 1950, sur la grande toile blanche, dans un opus des plus inattendus, «Envoi de fleurs» de Jean Stelli, avec Tino Rossi en tête d’affiche. Il y est un jeune poète qui propose ses œuvres. Puis, il devient Philippe d’Aulnay, tragique héros de «La Tour de Nesle» (1954) de Abel Gance. Pierre Gaspard-Huit le dirige dans «Christine» (1958) où, tout comme Bernard Dhéran, il figure un militaire et en fait un comédien (Léandre) dans «Le Capitaine Fracasse». (1961). Bernard Borderie, vient de choisir son D’Artagnan pour ses «Trois mousquetaires». C’est Gérard Barray, repéré sur les rush du «Capitaine Fracasse». Du même coup, il choisit son Aramis: Jacques Toja, qui s’entraîne pendant 3 mois à l’épée et à l’équitation avec l’équipe Carliez-Nadal. Il faut croire que Bernard Borderie aura été satisfait puisque trois ans plus tard, Jacques Toja devient Louis XIV dans la série «Angélique» (1964-1967).

La fonction d’administrateur du Français va faire qu’il ne va plus être disponible pour le 7e art. Il est tout de même sur le générique de «Aujourd’hui peut-être» (1990) comme membre de la famille de Giulietta Masina. Côté télévision, il participe à de nombreuses émissions, notamment des reprises de pièces classiques; citons sans être exhaustifs «Madame Quinze» (1969) où Jacques Toja campe le roi de France, «La troupe du Roy» (1973) où il nous évoque le «comptable» de Molière, et il joue aussi dans des séries et fictions de qualité. Après son départ du Français en 1983, il joue quelques pièces. Mais surtout il concrétise son projet pensé depuis longtemps et scelle les bases d’une fondation portant son nom, qui aidera les jeunes artistes du théâtre à s’exprimer sur scène en favorisant surtout la création. Cette fondation s’est aujourd’hui alliée au Théâtre de la Colline, tout en gardant l’esprit de son créateur. Hélas, bientôt une bien pénible maladie l’affecte dont il ne peut se relever. Courageux et pudique, il l’affronte et part le 23 mars 1996, à 66 ans seulement. La ville de Nice où il est inhumé a donné son nom à une place.

© Donatienne ROBY

copyright
1949Envoi de fleurs – de Jean Stelli avec Tino Rossi
1954La tour de Nesle – de Abel Gance avec Silvana Pampanini
1958Christine – de Pierre Gaspard-Huit avec Romy Schneider
1961Le capitaine Fracasse – de Pierre Gaspard-Huit avec Jean Marais
Les trois mousquetaires – de Bernard Borderie avec Gérard Barray
    Film en 2 parties
    1 : Les ferrets de la reine
    2 : La vengeance de Milady
1964Angélique, marquise des anges / Angélique – de Bernard Borderie avec Robert Hossein
Merveilleuse Angélique – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier
1965Angélique et le roi / Angélique et le roy – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier
1990Aujourd’hui peut-être… – de Jean-Louis Bertucelli avec Giulietta Masina
Fiche créée le 6 février 2019 | Modifiée le 4 mars 2019 | Cette fiche a été vue 768 fois
PREVIOUSUgo Tognazzi || Jacques Toja || Sidney TolerNEXT