CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Umberto Raho
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Claude Brisseau



Date et Lieu de naissance : 17 juillet 1944 (Paris, France)►
Date et Lieu de décès : 11 mai 2019 (Paris, France)
Nom Réel : Jean-Claude Henri Louis Brisseau

REALISATEUR
Image
1987 De bruit et de fureur – de Jean-Claude Brisseau avec Bruno Cremer, François Négret & Fabienne Babe
Image
1989 Noce blanche – de Jean-Claude Brisseau avec Vanessa Paradis, Bruno Cremer & Ludmila Mikaël
Image
1993 L’ange noir – de Jean-Claude Brisseau avec Sylvie Vartan, Michel Piccoli, Tchéky Karyo & Claude Giraud
Image
2011 La fille de nulle part – de Jean-Claude Brisseau avec Virginie Legeay, Claude Morel, Anne Berry & Lise Bellynck

Né le 17 juillet 1944, Jean-Claude Brisseau renonce au concours de l’IDEHC (Institut Des Hautes Etudes Cinématographiques) pour se consacrer à l’enseignement. Instituteur, il devient professeur de lettres dans des collèges de Seine-Saint-Denis. Passionné de cinéma, il réalise un court-métrage intitulé «Des jeunes femmes disparaissent» (1973). En 1975, son premier long métrage «La croisée des chemins» trace le portrait d’une jeune fille qui préfère le suicide à une vie qu’elle se sent incapable d’assumer. Présenté dans un festival de films amateurs, il est repéré par Eric Rohmer. Le cinéaste de la Nouvelle Vague l’aide à rejoindre l’INA, où il réalise des téléfilms exigeants à fin des années 70.

En 1982, la société «Les Films du Losange» créée par Eric Rohmer et Barbet Schroeder produit «Un jeu brutal». Présenté dans la section «Un certain regard» au Festival de Cannes en 1983, Bruno Cremer incarne un biologiste perturbé qui commet plusieurs meurtres de fillettes. Il retrouve Bruno Cremer pour «De bruit et de fureur» (1987) sur la violence des banlieues qui lui vaut le Prix spécial de la jeunesse au Festival de Cannes, le casting est complété par François Négret et Fabienne Babe. En 1989, il obtient son plus gros succès avec «Noce blanche» (1 800 000 spectateurs) pour «le film qui m’intéresse le moins» selon les propos du réalisateur. Dans cette comédie dramatique, Bruno Cremer compose un professeur de philosophie troublée par son élève interprétée par Vanessa Paradis ce qui lui vaut le César du meilleur espoir. En dépit d’un tournage compliqué, Vanessa Paradis au moment de la disparition du cinéaste souligne que «Jean-Claude Brisseau essayait d’aller au conflit pour me faire sortir de ma zone de confort». Il enchaîne avec «Céline» (1992) avec Isabelle Pasco et Lisa Hérédia, sa muse et sa compagne présente dès ses premiers films. En abordant des questions métaphysiques et philosophiques à travers d’une jeune fille suicidaire, il réalise un film austère à l’audience limitée.

Avec «L’ange noir» (1993), Jean-Claude Brisseau renoue avec le mélodrame. Sylvie Vartan joue une meurtrière qui monte une mise en scène pour faire croire à une tentative de viol et légitimer son crime. Dans «Les savantes du bon Dieu» (1998) avec Stanislas Merhar en garagiste asocial, il prolonge sa réflexion sur la violence des banlieues. Noémie Kocher ose briser l’omerta qui règne autour des pratiques du réalisateur lors des castings pourtant connues dans le milieu du cinéma. En 2005, il est condamné à un an de prison avec sursis et 15 000 € d’amende pour harcèlement sexuel sur deux actrices lors des auditions de «Choses secrètes» (2001). Il évoque ces faits dans «Les anges exterminateurs» (2005) où Frédéric Van Den Driessche incarne un cinéaste qui fait passer des essais pour une scène érotique. Dans ce contexte, «À l’aventure» (2007) où une jeune femme se livre à des plaisirs charnels et philosophiques ne trouve pas de distributeur pendant deux ans. Ses deux films suivants bénéficient de sorties confidentielles. Pourtant, «La fille de nulle part» (2012) reçoit le Léopard d’or au Festival de Locarno. Pour sa dernière réalisation, il retrouve Fabienne Babe dans «Que le diable nous emporte» (2017).

Bien avant l’affaire Harvey Weinstein et le mouvement #MeToo, le cinéaste est «blacklisté» par la profession. Costa-Gavras, président de la Cinémathèque française, annule une rétrospective consacrée à Jean-Claude Brisseau. Le 11 mai 2019, Il décède des suites d’une longue maladie dans un hôpital parisien.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1975La croisée des chemins – de Jean-Claude Brisseau avec María Luisa García
    + scénario, montage, directeur de la photographie, son & production
1977Médiumnité – de Jean-Claude Brisseau avec Marie Rivière
    + scénario & interprétation
1978 TV La vie comme ça – de Jean-Claude Brisseau avec Lucien Plazanet
    + scénario
1981 TV Télévision de chambre – de Jean-Claude Brisseau avec Jacques Serres
    Série – Réalisation & scénario d’un épisode
    Saison1, épisode 1 : Les ombres
TV Les contes modernes: Au sujet de l’enfance – de Jean-Claude Brisseau, Marie Laborde, Marie-Claire Schaefer, Marcel Teulade, Marie-Claude Treilhou & Patty Villiers avec María Luisa García
    Segment « L’échangeur »
1983Un jeu brutal – de Jean-Claude Brisseau avec Bruno Cremer
    + scénario & interprétation
1986Quatre aventures de Reinette et Mirabelle – de Eric Rohmer avec Jessica Forde
    Seulement apparition
1987De bruit et de fureur – de Jean-Claude Brisseau avec Fabienne Babe
    + scénario & montage
    Prix Spécial de la Jeunesse au festival du cinéma de Cannes, France
1989Noce blanche – de Jean-Claude Brisseau avec Vanessa Paradis
    + scénario
1991Céline – de Jean-Claude Brisseau avec Isabelle Pasco
    + scénario & production
1993L’ange noir – de Jean-Claude Brisseau avec Sylvie Vartan
    + scénario, interprétation & production
1999Les savates du bon dieu – de Jean-Claude Brisseau avec Stanislas Merhar
    + scénario & production
2001Choses secrètes – de Jean-Claude Brisseau avec Coralie Revel
    + scénario, interprétation & production
    Prix France Culture du cinéaste de l’année au festival du cinéma de Cannes, France
2005Les anges exterminateurs – de Jean-Claude Brisseau avec Maroussia Dubreuil
    + scénario
2006 DO Le cinéma selon Brisseau – de Eric Paccoud avec María Luisa García
    Seulement apparition
2008À l’aventure – de Jean-Claude Brisseau avec Jocelyn Quivrin
    + scénario & interprétation
2011La fille de nulle part – de Jean-Claude Brisseau avec Virginie Legeay
    + scénario, interprétation & production
    Léopard d’Or au festival international du cinéma de Locarno, Suisse
2014 CM Des jeunes femmes disparaissent – de Jean-Claude Brisseau avec François Négret
    + scénario
2017Que le diable nous emporte – de Jean-Claude Brisseau avec Isabelle Prim
    + scénario, interprétation & production
AUTRES PRIX :
      
    Prix Nouveau Talent par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques, France ( 1989 )
Fiche créée le 12 mai 2019 | Modifiée le 3 avril 2020 | Cette fiche a été vue 1460 fois
PREVIOUSVirginia Brissac || Jean-Claude Brisseau || Carl Brisson NEXT