CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Albert Dieudonné
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Marina de Berg



Date et Lieu de naissance : 14 octobre 1926 (Helsinki, Finlande)
Date et Lieu de décès : 22 juillet 2019 (Saint-Chinian, France)
Nom Réel : Marie Marina Henriette de Berg

ACTRICE
Image
1947 La voix du rêve – de Jean-Paul Paulin avec Renée Saint-Cyr, Jean Chevrier & Jeanne Fusier-Gir
Image
1949 Histoires extraordinaires – de Jean Faurez avec Fernand Ledoux, Olivier Hussenot, Jules Berry & Paul Frankeur
Image
1950 Olivia – de Jacqueline Audry avec Edwige Feuillère, Simone Simon, Yvonne de Bray & Suzanne Dehelly
Image
1951 Agence matrimoniale – de Jean-Paul Le Chanois avec Bernard Blier, Michèle Alfa & Julien Carette

Française d’origine Russe, Marina de Berg naît le 14 octobre 1926, à Helsinki en Finlande. Enfant chétive qui ne rêve que de théâtre et de cinéma, elle perd ses parents très jeune. Privée d’affection maternelle, elle se lance à corps perdu dans la danse. Devenue une élégante ballerine aux longues jambes, elle est repérée à 18 ans par Roland Petit. Le danseur-chorégraphe qui vient de fonder les Ballets des Champs-Élysées, l’engage en 1945, dans deux créations au Théâtre des Champs-Élysées: «Les forains», ballet en un acte de Henri Sauguet, et «Le déjeuner sur l’herbe» de Roland Petit. Toujours en 1945, au Théâtre Sarah-Bernhardt, le couple danse dans «Rendez-vous», livret de Jacques Prévert, musique de Joseph Kosma et décors de Pablo Picasso.

En 1946, Marina de Berg est sollicitée par le cinéma et fait une première apparition dans «Le voleur se porte bien», une comédie de Jean Loubignac. En cinq ans, elle tourne dans huit films qui vont l’éloigner de la danse. Elle est distribuée dans trois films de Jean Faurez, «La vie en rose» (1947), où elle joue une bonne auprès de Louis Salou et François Périer, «Vire-vent» (1948) avec Sophie Desmarets et «Histoires extraordinaires» (1949), film en quatre sketches d’après Edgar Allan Poe et Thomas de Quincey. Elle est employée par Maurice Cloche dans «La cage aux filles» (1949), un drame sur fond de délinquance juvénile, et par Jacqueline Audry dans «Olivia» (1950), un des premiers films français sur les amours lesbiens où elle est entourée de Edwige Feuillère, Simone Simon et Yvonne de Bray. Son bref parcours cinématographique se clôt sans éclat par une participation dans une comédie de Jean-Paul Le Chanois, «Agence matrimoniale» (1951) avec Bernard Blier.

Puis, Marina de Berg décide de revenir vers la danse. Après plusieurs mois de recherches de fonds pour financer un projet, elle présente au Théâtre du Vieux-Colombier, début 1952, un spectacle sur des extraits de cinq ballets, où elle est accompagnée de cinq amis, deux garçons et trois filles. C’est un flop total, la critique est sévère et se moque, le public ne se déplace pas, plusieurs mois d’un travail acharné sont réduits à néant. Son frère qui se prépare à partir en Amérique lui conseille de continuer a danser dans une troupe et de reprendre son métier d’actrice. Mais cette vie rêvée quand elle était enfant, lui paraît maintenant vide de sens. Appelée par une vocation religieuse fervente, elle décide alors de tout abandonner, de se consacrer à Dieu et à une vie de prières. En août 1952, c’est la Trappe de l’abbaye Notre-Dame de Saint-Joseph d’Ubexy, près de Charmes, dans les Vosges, qu’elle choisit pour se retirer. Mal préparée et de santé fragile, Marina de Berg résiste mal à la rigueur des contraintes. Deux ans plus tard, très affaiblie, elle est hospitalisée. À peine remise sur pied, elle retourne à l’abbaye, mais épuisée par la rudesse de la discipline, elle se laisse exclure de la communauté et renonce à poursuivre la grande aventure spirituelle qu’elle avait tant espérée.

Par la suite, Marina de Berg écrit 3 livres. Deux récits sur son expérience à la Trappe: «Trois ans à la Trappe» et «Carnet de trente veilles», et en 1961 un roman «L’invitation», puis elle ne fait plus parler d’elle. Le reste de sa vie est essentiellement consacré à la religion. Oubliée de tous, elle meurt le 22 juillet 2019, à 92 ans, dans la petite commune languedocienne de Saint-Chinian, dans la plus totale indifférence.

© Pascal DONALD

copyright
1946Le voleur se porte bien – de Jean Loubignac avec André Alerme
1947La vie en rose – de Jean Faurez avec François Périer
La voix du rêve – de Jean-Paul Paulin avec Jean Chevrier
1948Vire-vent – de Jean Faurez avec Roger Pigaut
1949La cage aux filles – de Maurice Cloche avec Danièle Delorme
Histoires extraordinaires – de Jean Faurez avec Fernand Ledoux
    Segment « Invitation à la valse »
Orage d’été – de Jean Gehret avec Odette Joyeux
1950Olivia – de Jacqueline Audry avec Edwige Feuillère
1951Agence matrimoniale – de Jean-Paul Le Chanois avec Bernard Blier
    Remerciements à Jean-Pascal Constantin pour ses recherches d’état-civil
Fiche créée le 25 janvier 2020 | Modifiée le 31 janvier 2020 | Cette fiche a été vue 2080 fois
PREVIOUSJacques de Baroncelli || Marina de Berg || Manuel de BlasNEXT