CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Veit Harlan
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacques Bergerac



Date et Lieu de naissance : 26 mai 1927 (Biarritz, France)
Date et Lieu de décès : 15 juin 2014 (Anglet, France)
Nom Réel : Jacques Gilbert Henri Bergerac

ACTEUR
Image
1954 Meurtre sur la Riviera (twist of fate) de David Miller avec Ginger Rogers, Stanley Baker & Herbert Lom
Image
1958 Gigi – de Vincente Minnelli avec Leslie Caron, Maurice Chevalier, Louis Jourdan & Eva Gabor
Image
1959 La main noire (the hypnotic eye) de George Blair avec Allison Hayes, Merry Anders & Marcia Henderson
Image
1961 La colère d’Achille (l’ira di Achille) de Marino Girolami avec Gordon Mitchell, Cristina Gaioni & Gloria Milland

Jacques Bergerac est né le 26 mai 1927 dans une famille aisée de Biarritz. Il partage son enfance et son adolescence entre l’école, la plage et le sport qui le passionne tant, particulièrement la natation et le rugby. Après ses études secondaires, il monte à Paris pour faire faire des études de droit. Parallèlement, il occupe divers emplois au Grand Hôtel Opéra. Son diplôme en poche, il part faire son service militaire en Algérie. Rendu à la vie civile, il revient à Paris avec l’intention d’ouvrir rapidement un cabinet d’avocat, mais il est remarqué par un «talent scout» de la Metro-Goldwyn-Mayer qui lui propose un contrat de sept ans pour Hollywood à mille dollars par semaine pensant trouver un successeur à Charles Boyer.

En 1952, Jacques Bergerac part immédiatement pour les Etats-Unis. Il rencontre Ginger Rogers qu’il épouse en 1953. Le «french lover» débute au cinéma dans «Meurtre sur la Riviera» (1954) de David Miller dont sa femme Ginger Rogers est tête d’affiche. En France, il incarne le Comte de Provence dans «Marie-Antoinette» (1956) de Jean Delannoy avec Michèle Morgan dans le rôle-titre. Il apparaît dans des séries américaines et dans «Strange intruder» (1956) de Irving Rapper avec Edmund Purdom et Ida Lupino. Alors qu’il divorce de Ginger Rogers, Jacques Bergerac compose l’époux d’une danseuse dans la comédie musicale «Les girls» (1957) de George Cukor avec Mitzi Gaynor et Gene Kelly. La même année, il enchaîne en intégrant la distribution francophone de «Gigi» (1958) de Vincente Minnelli avec Leslie Caron, Maurice Chevalier et Louis Jourdan. Les scènes en extérieures de cette adaptation de Colette sont tournées en France. Il tourne un western, «Caravane vers le soleil» (1959) de Russell Rouse, avec Susan Hayward et Jeff Chandler, où il interprète Pepe Dauphin, membre d’un groupe d’émigrés basques en route vers la Californie. Il s’éloigne de ses personnages de «français» avec le rôle principal du film d’horreur «La main noire» (1959) de George Blair et du thriller «Fear no more» (1960) de Bernard Wiesen qui demeurent inédits en France. Sa réputation de play-boy le poursuit alors qu’il épouse Dorothy Malone avec laquelle il a eu deux filles Mimi et Diana avant de divorcer en 1964.

Alors que sa carrière américaine piétine, Jacques Bergerac est sollicité en Italie où il tourne une comédie «Un dimanche d’été» (1961) avec Jean-Pierre Aumont et un péplum «La colère d’Achille» (1961) de Marino Girolami avec Gordon Mitchell. En 1964, il est dirigé par Ettore Scola dans «Cent millions ont disparu» (1964) auprès de Vittorio Gassman et Joan Collins. Aux Etats-Unis, il obtient un second rôle dans «Papa play boy» (1964) aux côtés de l’humoriste Bob Hope et le rôle principal du film d’aventures «Taffy and the jungle hunter» qui ne relancent hélas pas sa carrière. Dès lors, il se contente de jouer les «guests» dans des séries américaines. Pour sa dernière apparition à l’écran, il incarne un méchant dans un film d’espionnage de série B «Mission spéciale Lady Chaplin» (1966) de Alberto de Martino.

Jacques Bergerac rentre en France à la fin des années 1960 et abandonne sa carrière de comédien. Il se lance dans les affaires et devient le Président de Revlon-France avant de se retirer pour sa retraite au Pays Basque. Sa passion du rugby lui vaut de présider un moment le Biarritz Olympique. Son parcours méconnu est retracé dans «Une table chez Romanoff» (2003) écrit par Denis Lalanne. Jacques Bergerac décède à l’âge de 87 ans dans sa propriété d’Anglet le 15 juin 2014.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1954Meurtre sur la Riviera ( twist of fate / beautiful stranger ) de David Miller avec Ginger Rogers
1956Marie-Antoinette / Marie-Antoinette reine de France – de Jean Delannoy avec Michèle Morgan
Strange intruder – de Irving Rapper avec Ida Lupino
1957Les Girls – de George Cukor avec Kay Kendall
Un homme se penche sur son passé – de Willy Rozier avec Barbara Rütting
1958Gigi – de Vincente Minnelli avec Leslie Caron
1959Caravane vers le soleil ( thunder in the sun ) de Russell Rouse avec Susan Hayward
La main noire / Magie noire / La griffe du fakir ( the hypnotic eye ) de George Blair avec Allison Hayes
1960Fear no more – de Bernard Wiesen avec Mala Powers
1961La colère d’Achille ( l’ira di Achille / Achilles / fury of Achilles ) de Marino Girolami avec Gloria Milland
Un dimanche d’été ( una domenica d’estate ) de Guilio Petroni avec Françoise Fabian
1964Papa playboy ( a global affair ) de Jack Arnold avec Yvonne De Carlo
Cent millions ont disparu / Un million de dollars ont disparu ( la congiuntura ) de Ettore Scola avec Joan Collins
1965Taffy and the jungle hunter – de Terry O. Morse avec Shary Marshall
The unkissed bride / Mother goose a go-go – de Jack H. Harris avec Anne Helm
1966L’affaire Lady Chaplin / Mission spéciale Lady Chaplin ( missione speciale Lady Chaplin / operación Lady Chaplin / Operation Lady Chaplin ) de Alberto De Martino & Sergio Grieco avec Daniela Bianchi
AUTRES PRIX :
      
    Golden Globe du meilleur espoir masculin étranger, USA ( 1957 )
Fiche créée le 25 janvier 2009 | Modifiée le 28 juin 2014 | Cette fiche a été vue 6006 fois
PREVIOUSNicole Berger || Jacques Bergerac || René BergeronNEXT