CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Glenn Ford
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Richard Conte



Date et Lieu de naissance : 24 mars 1910 (Jersey City, New Jersey, USA)
Date et Lieu de décès : 15 avril 1975 (Los Angeles, Californie, USA)
Nom Réel : Nicholas Peter Conte

ACTEUR
Image
1948 La proie (cry of the city) de Robert Siodmak avec Victor Mature, Shelley Winters & Debra Paget
Image
1949 Le marché des voleurs / Les bas-fonds de Frisco (thieve’s highway) de Jules Dassin avec Valentina Cortese
Image
1957 Les frères Rico (the brothers Rico) de Phil Karlson avec Dianne Foster, Kathryn Grant & James Darren
Image
1971 Le parrain (the godfather) de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando, Al Pacino & Robert Duvall

Richard Conte, de son vrai nom Nicholas Peter Conte, est né à Jersey City, dans le New Jersey, le 24 mars 1910. Son père est un coiffeur italien immigré et sa famille est modeste. Très doué pour les études, il doit pourtant les interrompre pour gagner sa vie. Tour à tour garçon de café, coursier, chauffeur de camions, pianiste de jazz ou danseur mondain, il finit par être repéré, dans le cabaret où il travaille, par des producteurs de Broadway, qui lui offrent un petit rôle dans la pièce «Les hommes en blanc».

Peu après, Richard Conte entame une carrière qui s’étend sur trois décennies. Le poil sombre, le regard assuré et la mâchoire carrée, creusée d’une fossette, il donne une impression d’assurance et même de puissance. Le jeu de ce grand acteur, très sous-estimé, est dense et concentré, mais il sait conférer à ses personnages les plus sombres cet éclair d’humanité qui en fait des êtres de chair et de sang. Son physique latin le prédispose aux rôles de gangsters ou de policiers italo-américains. Gangster, il l’est dans nombre de films: dans «Appelez Nord 777» (1948) de Henry Hathaway, il écope de près d’un siècle de prison, même si, en fait, il est innocent; dans «La proie» (1948), autre grand film noir de Richard Siodmak, il est accusé du meurtre d’un policier et poursuivi, après son évasion, par un Victor Mature tenace, qui fut son ami d’enfance: c’est encore un condamné à la prison, dénoncé par un de ses frères, dans «La maison des étrangers» (1949) de Joseph L. Mankiewicz; le voilà même en tueur professionnel, engagé par le chef du syndicat du crime, Broderick Crawford, dans «New-York confidentiel» (1955) de Russell Rouse. En parlant de syndicat du crime, Richard Conte l’a souvent dirigé: dans «Association criminelle» (1955) de Joseph Lewis, par exemple, où, chef de gang redouté, il est combattu par un détective, Cornel Wilde, qu’il fait enlever et torturer par ses hommes de main ou, bien sûr, dans «Le parrain» (1971) de Francis Ford Coppola, où il est Don Barzini ou encore dans «Le boss» (1973), de Fernando Di Leo.

Mais Richard Conte est aussi souvent du côté de la loi. Comme policier d’abord, et c’est le lieutenant Dave Santini face au privé Tony Rome, alias Frank Sinatra, dans les deux films de Gordon Douglas, «Tony Rome est dangereux» (1967) et «La femme en ciment» (1968). Comme soldat courageux ensuite, qui fait partie du «Commando de la mort» (1945) de Lewis Milestone, avec Dana Andrews, qui doit attaquer un bastion allemand durant la bataille d’Italie, en 1943, ou des «Dix hommes pour l’enfer» (1955) de Harmon Jones, qui composent une patrouille américaine coupée de ses bases durant la guerre de Corée. Comme simple citoyen enfin, qui essaie de lutter contre un trafiquant en fruits et légumes, Lee J. Cobb, dans «Les bas-fonds de Frisco» (1948) de Jules Dassin. Au début des années 1970, Richard Conte va se perdre dans des séries Z italiennes, comme «Eroticoffolia» (1974), de Mario Siciliano, film d’horreur au titre évocateur, sur fond de satanisme et de messes noires, «Rome violente» (1975) de Marino Girolami, où il incarne un juge confronté aux méthodes expéditives d’un policier ou encore son dernier film, «Bacchanales infernales» (1975) de Franco Lo Cuscio et Angelo Pannacio, où il joue un exorciste.

À la télévision, on peut voir Richard Conte dans des séries comme «77 Sunset Strip» (1963), où il incarne le détective Butter, «Arrest and trial» (1964), avec Ben Gazzara ou encore «The Danny Thomas Hour» (1967). L’acteur décède à Los Angeles, d’une crise cardiaque, le 15 avril 1975.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1939Heaven with a barbed wire fence – de Ricardo Cortez avec Jean Rogers
1943Guadalcanal ( Guadalcanal diary ) de Lewis Seiler avec Lloyd Nolan
1944Prisonniers de Satan ( the purple heart ) de Lewis Milestone avec Dana Andrews
1945Capitaine Eddie ( captain Eddie ) de Lloyd Bacon avec Fred MacMurray
Une cloche pour Adano / Pour que sonne la cloche ( a bell for Adano ) de Henry King avec Gene Tierney
Commando de la mort ( a walk in the sun / Salerno Beachhead ) de Lewis Milestone avec John Ireland
L’assassin rôde toujours ( the spider ) de Robert D. Webb avec Faye Marlowe
1946Quelques part dans la nuit ( somewhere in the night ) de Joseph L. Mankiewicz avec John Hodiak
13 Rue Madeleine – de Henry Hathaway avec James Cagney
1947L’orchidée blanche ( the other love ) de André De Toth avec Barbara Stanwyck
Appelez Nord 777 ( call Northside 777 / calling Northside 777 ) de Henry Hathaway avec James Stewart
1948La proie ( cry of the city ) de Robert Siodmak avec Shelley Winters
Big Jake – de Richard Thorpe avec Wallace Beery
1949La maison des étrangers / La maison de la haine ( house of strangers ) de Joseph L. Mankiewicz avec Susan Hayward
Le marché des voleurs / Les bas-fonds de Frisco ( thieve’s highway / collision / hard bargain / the thieves’ market ) de Jules Dassin avec Valentina Cortese
    + chansons
Le mystérieux docteur Korvo / Le gouffre ( whirlpool ) de Otto Preminger avec José Ferrer
1950Brigade secrète ( the sleeping city / web of the city ) de George Sherman avec Coleen Gray
Trente Jours à vivre / Sous la menace ( under the gun ) de Ted Tetzlaff avec Audrey Totter
1951Un crime parfait ( Hollywood story ) de William Castle avec Julie Adams
La quatrième issue ( the raging tide ) de George Sherman avec Shelley Winters
1952Le libérateur ( the fighter / The first time ) de Herbert Kline avec Vanessa Brown
L’heure de la vengeance / Le dernier chevalier ( the raiders / riders of vengeance / the riding kid ) de Lesley Selander avec Viveca Lindfors
La femme aux gardénias ( the blue gardenia ) de Fritz Lang avec Anne Baxter
1953La légion du Sahara / La légion du désert ( the desert legion ) de Joseph Pevney avec Arlene Dahl
Les esclaves de Babylone ( slaves of Babylon ) de William Castle avec Linda Christian
La tueuse de Las Vegas ( highway dragnet ) de Nathan Juran avec Joan Bennett
1954Mask of dust / Race for life – de Terence Fisher avec Mari Aldon
Association criminelle ( the big combo ) de Joseph H. Lewis avec Jean Wallace
New York confidentiel / Objectif : Meurtres ( New York confidential ) de Russell Rouse avec Anne Bancroft
The big tip off – de Frank McDonald avec Constance Smith
1955Little red monkey / The case of the red monkey – de Ken Hughes avec Rona Anderson
Bengazi – de John Brahm avec Mala Powers
La colline de l’enfer / Dix hommes pour l’enfer ( target zero ) de Hermon Jones avec Peggy Castle
Une femme en enfer ( I’ll cry tomorrow ) de Daniel Mann avec Susan Hayward
1956Pleine de vie ( full of life ) de Richard Quine avec Judy Holliday
1957Les frères Rico ( the brothers Rico ) de Phil Karlson avec Dianne Foster
Barrage contre le Pacifique ( this angry age / la diga sul Pacifico / the sea wall ) de René Clément avec Silvana Mangano
1959Ceux de Cordura / Les héros de Cordura ( they came to Cordura ) de Robert Rossen avec Rita Hayworth
1960Pepe – de George Sidney avec Cantinflas
    Seulement apparition
L’inconnu de Las Vegas / Onze hommes à minuit ( ocean’s eleven ) de Lewis Milestone avec Angie Dickinson
1963Mercredi soir, neuf heures ( who’s been sleeping in my bed ? ) de Daniel Mann avec Dean Martin
The eyes of Annie Jones – de Reginald Le Borg avec Joyce Carey
1964Le plus grand cirque du monde ( circus world / the magnificent showman / the Samuel Bronston’s circus world ) de Henry Hathaway avec Claudia Cardinale
La plus grande histoire jamais contée ( the greatest story ever told ) de George Stevens avec Max von Sydow
Synanon ( get off my back ) de Richard Quine avec Stella Stevens
1965Extraña invasión / Stay tuned for terror – de Emilio Vieyra avec Monica Mihanovich
1966Le hold-up du siècle ( assault on a queen ) de Jack Donahue avec Frank Sinatra
Hôtel Saint-Gregory ( Hotel ) de Richard Quine avec Merle Oberon
1967Sentence de mort ( sentenza di morte ) de Mario Lanfranchi avec Tomas Milian
Operation cross eagles – de Richard Conte avec Rory Calhoun
Tony Rome est dangereux ( Tony Rome ) de Gordon Douglas avec Gena Rowlands
1968La femme en ciment / Une fille en ciment ( lady in ciment ) de Gordon Douglas avec Raquel Welch
1969Explosion ( the blast ) de Jules Bricken avec Don Stroud
1971Le parrain ( the godfather / Mario Puzo’s the godfather ) de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando
1972Le boss ( il boss / the boss / murder inferno / wipeout ! ) de Fernando Di Leo avec Henry Silva
Piazza Pulita ( 1931: Once upon a time in New York / Pete, Pearl and the pole ) de Luigi Vanzi avec Irene Papas
1973Anastasia mio fratello / Anastasia mio fratello ovvero il presunto capo dell’ anonima assassini – de Steno avec Alberto Sordi
Polices parallèles / Polices parallèles en action ( Milano trema – La polizia vuole giustizia / violent professionals ) de Sergio Martino avec Luc Merenda
Big guns / Les grands fusils ( Tony Arzenta / Tony Arzenta è big guns / no way out ) de Duccio Tessari avec Alain Delon
L’emprise des sens ( Anna, quel particolare piacere ) de Giuliano Carnimeo avec Edwige Fenech
Salut les pourris / La vengeance d’un pourri ( il poliziotto è marcio / shoot first, die later ) de Fernando Di Leo avec Vittotio Caprioli
L’onorata famiglia / L’onorata famiglia : Uccidere è Cosa Nostra – de Tonino Ricci avec Raymond Pellegrin
1974Malocchio ( eroticofollia / evil eye / mal de ojo / más allá del exorcismo ) de Mario Siciliano avec Lone Fleming
La encadenada / A diary of a murderess / Diary of an erotic mistress / Diary of an erotic murderess / Perversione – de Manuel Mur Oti avec Marisa Mell
Rome violente ( Roma violenta / forced impact / violent city ) de Marino Girolami avec Maurizio Merli
1975Un cri dans les ténèbres / Bacchanales infernales ( un urlo nelle tenebre / cries and shadows naked exorcism / the possessor / the return of the exorcist ) de Franco Lo Cascio & Angelo Pannacciò avec Françoise Prévost
Fiche créée le 18 octobre 2012 | Modifiée le 25 juin 2016 | Cette fiche a été vue 2367 fois
PREVIOUSDominique Constanza || Richard Conte || Jack ConwayNEXT