CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Hugo Flink
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Leila Hyams



Date et Lieu de naissance : 1er mai 1905 (New York, New York, USA)
Date et Lieu de décès : 4 décembre 1977 (Bel Air, Californie, USA)
Nom Réel : Leila Hyams

ACTRICE
Image
1929 Les pirates (the far call) de Allan Dwan avec Charles Morton, Warner Baxter, Arthur Stone & Ivan Linow
Image
1930 Gentleman’s fate – de Mervyn LeRoy avec John Gilbert, Louis Wolheim, Anita Page & Marie Prevost
Image
1932 La monstrueuse parade (freaks) de Tod Browning avec Wallace Ford, Roscoe Ates & Olga Baclanova
Image
1932 L’île du docteur Moreau (island of lost souls) de Erle C. Kenton avec Charles Laughton & Richard Arlen

La très belle Leila Hyams, cette actrice au parcours très atypique vient au monde le 1er mai 1905 à New-York de parents artistes de vaudeville. Elle a comme c’est l’usage, l’occasion de faire ses débuts en les rejoignant sur scène, et ceci dès qu’elle fut pourvue d’une éducation rudimentaire, à savoir un certificat d’école primaire. Ses parents, John Hyams et Leila McIntyre, ont de quoi être fiers de leur progéniture, non seulement leur fille se révèle drôle et douée, mais elle devient d’une saisissante beauté. Bientôt, elle est beaucoup mieux payée en posant pour des photos de mode qu’en s’exténuant en famille sur scène. C’est un de ces clichés qui tombe sous l’œil attentif d’un découvreur de talent de la MGM.

Lorsque le studio apprend qu’en plus cette merveilleuse vraie blonde aux grands yeux clairs a déjà une longue expérience de la scène, on lui fait carrément un pont d’or. Et on n’a pas à le regretter. Cette actrice à la beauté allurale et au maintient distingué est brillante au-delà de tous les espoirs mêmes si on se contente longtemps de la voir seulement apparaître, vêtue du dernier chic et sans avoir rien d’autre à faire que de montrer ses robes et jeter sur les autres actrices un regard plein de commisération pour leur dégaine! On la fait même se pâmer dans les bras des séducteurs Monte Blue, Conrad Nagel ou Edmund Lowe, c’est dire le respect que lui porte le studio. Lorsque arrive le règne du cinéma parlant, Leila n’est guère inquiétée. Elle passe le test fatidique avec son panache habituel et est une des rares actrices du muet à gagner en rôles et en prestige grâce à cette nouvelle technique.

La belle se montre d’ailleurs curieuse d’évolutions techniques et ne déteste pas servir de cobaye aux premiers effets spéciaux et briller dans quelques films à sensations fortes. C’est ainsi qu’elle se retrouve de la distribution de l’incroyable «La monstrueuse parade» de Tod Browning, en 1932, parmi les «monstres» bien réels cette fois du cirque Barnum. Elle a failli également être Jane dans les bras et les lianes de Johnny Weissmuller, mais son éblouissante blondeur rend la jungle des studios plus artificielle encore! Elle cède la place à la brune Maureen O’Sullivan, les bouts d’essais de Leila la montre plutôt comme une Jean Harlow enroulée dans une descente de lit que comme une farouche créature de la jungle. Et tant qu’on en est à évoquer le fantôme de Jean Harlow, la MGM fait de Leila sa rivale distinguée dans «La femme aux cheveux rouges» (1932) de Jack Conway. Le choc des blondes avant le choc des mondes.

Leila Hyams est donc bel et bien une first lady du studio MGM dans la gracieuse compagnie de Jean, Norma Shearer, Jeanette MacDonald ou Joan Crawford. Et sans doute pour être sûre de ne pas voir s’échapper de bons rôles au profit de ces dames, Leila s’est mariée dès 1927 à son agent, un des plus puissants d’Hollywood, Phil Berg. Tout donc, était pour le mieux dans le meilleur des mondes MGM à ceci près que pour une raison qu’elle ne donna jamais, Leila choisit de prendre une retraite anticipée le jour de ses trente-et-un ans. Nous étions en 1936, ses adieux furent définitifs et sans appel. Leila Hyams reste pourtant à Hollywood où elle se plait infiniment et devient avec Sonja Henie, Marion Davies et Carole Lombard une de ses mondaines les plus essentielles au prestige de «l’usine à rêves». L’actrice s’éteint le 4 Décembre 1977 dans sa somptueuse propriété de Bel Air. Elle avait soixante-douze ans et «Hair» avait démodé pour un temps ses beaux films.

© Céline COLASSIN

copyright
1924Sandra – de Arthur H. Sawyer avec Bert Lytell
1926La soif de vivre ( dancing mothers ) de Herbert Brenon avec Conway Tearle
The kick-off – de Wesley Ruggles avec George Walsh
Summer bachelors – de Allan Dwan avec Alan Forrest
1927The brute – de Irving Cummings avec Clyde Cook
White pants Willie – de Charles Hines avec Johnny Hines
The bush leaguer – de Howard Bretherton avec William Demarest
One-round Hogan – de Howard Bretherton avec Monte Blue
The wizard – de Richard Rosson avec Edmund Lowe
The branded sombrero – de Lambert Hillyer avec Buck Jones
Une fille dans chaque port ( a girl in every port ) de Howard Hawks avec Victor McLaglen
1928The Crimson City – de Archie Mayo avec Conrad Nagel
Honor bound – de Alfred E. Green avec George O’Brien
Perdus dans les neiges / Perdus dans la neige ( land of the silver fox ) de Ray Enright avec John Miljan
Jimmy le mystérieux ( alias Jimmy Valentine ) de Jack Conway avec Lionel Barrymore
1929Le figurant ( spite marriage ) de Edward Sedgwick avec Buster Keaton
Les pirates ( the far call ) de Allan Dwan avec Charles Morton
Idle rich – de William C. DeMille avec Conrad Nagel
Wonder of women – de Clarence Brown avec Lewis Stone
Masquerade – de Russell Birdwell avec Alan Birmingham
Le capitaine Black ( Hurricane ) de Ralph Ince avec Johnny Mack Brown
La treizième chaise ( the thirteenth chair ) de Tod Browning avec Bela Lugosi
The bishop murder case – de David Burton & Nick Grinde avec Basil Rathbone
Mademoiselle, écoutez-moi donc! ( the girl said no ) de Sam Wood avec William Haines
1930The flirting widow – de William A. Seiter avec William Austin
Big house ( the big house ) de George W. Hill avec Chester Morris
Sweethearts and wives – de Clarence G. Badger avec Clive Brook
Sins of the children / Father’s day / The richest man in the worlds – de Sam Wood avec Robert Montgomery
Way out West – de Fred Niblo avec William Haines
Les égarés ( way for a sailor ) de Sam Wood avec Wallace Beery
Madame et ses partenaires ( part time wife / the shepper-newfounder / may I come in ) de Leo McCarey avec Edmund Lowe
Les liens du cœur ( men call it love ) de Edgar Selwyn avec Adolphe Menjou
Gentleman’s fate – de Mervyn LeRoy avec John Gilbert
1931Stepping out – de Charles Reisner avec Reginald Denny
Chéri Bibi ( the phantom of Paris ) de John S. Robertson avec John Gilbert
New adventures of Get Rich Quick Wallingford / Get-Rich-Quick Wallingford / The new adventures of Get-Rich-Quick Wallingford – de Sam Wood avec Jimmy Durante
Surrender – de William K. Howard avec Warner Baxter
CM The Christmas party / A Christmas story – de Charles F. Reisner avec Jackie Cooper
    Seulement apparition
1932La monstrueuse parade ( freaks / forbidden love / the monster show / nature’s mistake ) de Tod Browning avec Wallace Ford
La femme aux cheveux rouges ( red-headed woman ) de Jack Conway avec Chester Morris
The big broadcast – de Frank Tuttle avec Bing Crosby
L’île du docteur Moreau ( island of lost souls / the island of Dr. Moreau ) de Erle C. Kenton avec Richard Arlen
1933Constant woman / Auction in souls / Hell in a circus – de Victor Schertzinger avec Conrad Nagel
Deux de la chevalerie / Cow-boys en vadrouille ( horse play ) de Edward Sedgwick avec Andy Devine
Sing, sinner, sing / Clip joint – de Howard Cristy avec Paul Lukas
Saturday’s millions – de Edward Sedgwick avec Robert Young
Pauvres riches ( the poor rich ) de Edward Sedgwick avec Edward Everett Horton
1934Dernier chapitre ( affairs of a gentleman ) de Edwin L. Marin avec Paul Lukas
No ransom / Bonds of honor – de Fred C. Newmeyer avec Phillips Holmes
L’extravagant monsieur Ruggles ( Ruggles of the Red Gap ) de Leo McCarey avec Charles Laughton
    + chansons
1935People will talk – de Alfred Santell avec Charles Ruggles
1,000 dollars a minute / $1,000 a minute – de Aubrey Scotto avec Roger Pryor
1936Yellow dust – de Wallace Fox avec Richard Dix
    + chansons
1942 CM First aid – de Will Jason avec Kenneth Brown
    Seulement apparition
Fiche créée le 6 février 2010 | Modifiée le 29 août 2016 | Cette fiche a été vue 3217 fois
PREVIOUSBetty Hutton || Leila Hyams || Wilfrid Hyde-WhiteNEXT