CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Delmer Daves
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Julien Rassam



Date et Lieu de naissance : 14 juin 1968 (Neuilly-sur-Seine, France)
Date et Lieu de décès : 3 février 2002 (Paris, France)
Nom Réel : Julien Thomas Henri Langmann

ACTEUR
Image
1991 Albert souffre – de Bruno Nuytten avec Joséphine Fresson, Estelle Skornik & Kristen McMenamy
Image
1992 L’accompagnatrice – de Claude Miller avec Yelena Safonova, Romane Bohringer & Richard Bohringer
Image
1993 La reine Margot – de Patrice Chéreau avec Isabelle Adjani, Jean-Hugues Anglade, Daniel Auteuil & Virna Lisi
Image
1996 Le secret de Polichinelle – de Franck Landron avec Aure Atika, Nathalie Schmidt & Dominique Duthuit

Julien Rassam naît Julien Langmann, le 14 juin 1968, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Son père Claude Berri, issu d’une famille de fourreurs d’origine juive ashkénaze, est un acteur, scénariste, réalisateur et surtout producteur parmi les plus respectés de la profession. Sa mère, Anne-Marie Rassam, sœur des producteurs Jean-Pierre Rassam et Paul Rassam, est elle-même productrice notamment de plusieurs œuvres de son mari. De cette union naît en 1972 un autre fils, Thomas Langmann, qui suivra la voie paternelle.

C’est encore enfant que Julien Rassam fait ses premières apparitions au cinéma dans des œuvres de son père, «Sex-shop» (1972) et «Le mâle du siècle» (1974), tous les deux avec Juliet Berto en vedette. Après une scolarité en France, il part pour New York afin de suivre des cours universitaires d’art dramatique et de mise en scène. Au début des années quatre-vingt-dix, de retour dans son pays natal, il tient le premier rôle dans le second film de Bruno Nuytten, «Albert souffre» (1991), une histoire émouvante sur la séparation d’un jeune couple et la déchirure d’une amitié. La même année, il apparaît dans un épisode de la série des «Maigret», avec Bruno Cremer dans le rôle-titre. Il réalise aussi «Jour de colère», un court métrage sur un enfant qui dénonce un homme, un acte de délation que le père ne peut comprendre et supporter. Ce film sera primé au Festival du Cinéma d’Angers. En 1992, son rôle dans «L’accompagnatrice» de Claude Miller, tiré de l’œuvre de Nina Berberova, vaut au jeune acteur une nomination au César du meilleur espoir masculin, prix qui sera finalement attribué à Emmanuel Salinger pour «La sentinelle» de Arnaud Desplechin.

Par la suite, Julien Rassam tourne dans plusieurs courts métrages dont «Nulle part» (1991) de Laetitia Masson et «Jeu, deux cons» (1993) de et avec Jean-Michel Verner. En 1993 il incarne également le jeune duc d’Alençon, frère de Isabelle Adjani alias «La reine Margot», fresque historique d’Alexandre Dumas père adaptée par Patrice Chéreau. Julien est entouré d’une distribution prestigieuse: Daniel Auteuil (Henri de Navarre), Pascal Greggory (le duc d’Anjou, roi de Pologne), Jean-Hugues Anglade (le roi de France Charles IX), Virna Lisi (Catherine de Medicis) et Jean-Claude Brialy (l’amiral de Coligny). Puis il joue dans trois autres longs métrages: «Le secret de polichinelle» (1996) de Franck Landron, une comédie sur les aventures d’une jeune fille qui avec ses amies recherche l’homme qui l’a mise enceinte; «Le poulpe» (1997) un thriller noir et décalé de Guillaume Nicloux; et «Furia» (1998) de Alexandre Aja, un drame fantastique sur une histoire d’amour dans un monde futuriste dévasté. Pour ce dernier film, Julien n’a qu’un rôle secondaire mais donne la réplique à Marion Cotillard, sa compagne à la ville.

Julien Rassam, plein de talents est également d’une très grande sensibilité. Il a mal supporté la séparation de ses parents puis il a été particulièrement ébranlé par le décès de sa mère qui était très dépressive depuis de longues années. Alors qu’il a tout pour devenir un des meilleurs espoirs du cinéma, il se défenestre de sa chambre de l’hôtel Raphaël à Paris, en 2000, pour des raisons encore mal élucidées. Beaucoup diront alors qu’il était lui aussi atteint de la fameuse «mélancolie chronique des Rassam». Devenu paraplégique et malgré l’amour de ses proches, Julien Rassam se suicide le 3 février 2002.

© Philippe PELLETIER

copyright
1972Sex-shop – de Claude Berri avec Béatrice Romand
1974Le mâle du siècle – de Claude Berri avec Juliet Berto
1991Albert souffre – de Bruno Nuytten avec Joséphine Fresson
CM Jour de colère – de Julien Rassam avec Luigi Esposito
    Seulement scénario, réalisation & production
    Prix du Jury, Mention Spécial, du meilleur court métrage au festival Premiers Plans d’Angers, France
1992L’accompagnatrice – de Claude Miller avec Yelena Safonova
CM Nulle part – de Laetitia Masson avec Hélène Fillière
1993La reine Margot – de Patrice Chéreau avec Isabelle Adjani
CM Il ne faut jurer de rien – de Julien Cunillera avec Myriam Lethammer
CM Jeu, deux cons – de Jean-Michel Verner avec Jean-Michel Verner
1994Portrait d’une jeune fille à la fin des années soixante à Bruxelles – de Chantal Akerman avec Joëlle Marlier
    Inédit
CM Yalla yaana – de Moussa Sene Absa avec Circé Lethem
1995 CM Tout un cinéma – de Alexis Miansarow avec Margot Abascal
1996Le secret de Polichinelle – de Franck Landron avec Aure Atika
1997Le poulpe – de Guillaume Nicloux avec Clotilde Courau
1998Furia – de Alexandre Aja avec Marion Cotillard
Fiche créée le 22 mars 2008 | Modifiée le 23 mai 2015 | Cette fiche a été vue 32623 fois
PREVIOUSFritz Rasp || Julien Rassam || Basil RathboneNEXT