CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Clyde Cook
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Témerson



Date et Lieu de naissance : 12 juin 1898 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 9 août 1956 (Paris, France)
Nom Réel : Lucien Jean Temersohn

ACTEUR

C’est à Paris que naît Lucien Jean Temersohn, le 12 juin 1898. Il débute tardivement au cinéma, en 1935. Il est l’ami de Charles Granval dans «Pépé le Moko» (1936), puis celui de Margo Lion dans «L’alibi» (1938). On le retrouve en aubergiste dans «Ramuntcho» (1938) avec Louis Jouvet, ainsi qu‘en maître d’hôtel dans «Barnabé» (1938), un rôle qu’il aura plusieurs fois l’occasion de jouer. Roi de Pologne dans «Le joueur d’échecs» (1938), espion dans «Le capitaine Benoît» (1939), huissier de justice dans «Monsieur Brotonneau» (1939), magistrat dans «Le président Haudecœur» (1939), il trouve l’un de ses meilleurs rôles grâce à Maurice Cammage dans «Les cinq sous de Lavarède» (1939), où il interprète le pianiste virtuose Tartinovitch, face à Fernandel. En 1940, il est le notaire Voltore qui guette la mort de Harry Baur dans «Volpone». Deux personnages qui ressortent de l’abondante filmographie du prolifique Jean Témerson.

La première chose qui frappe chez cet acteur, c’est assurément son physique. Une stature imposante, une trogne flasque et boursouflée, de grosses bajoues tombantes, une voix suave accompagnée d’une diction moelleuse et extrêmement appuyée, un air tantôt hautain tantôt jovial, lui permettent de camper des rôles divers: inspecteurs, commissaires, juristes, monarques, majordomes ou médecins. Des cinéastes très différents ont recours à ses services, sans doute attirés par son allure singulière. En effet, si Témerson a l’opportunité de travailler avec Julien Duvivier, Christian-Jaque, Henri-Georges Clouzot et Robert Siodmak, on le voit également chez René Pujol, Jean Boyer ou Jean-Paul Le Chanois, qui, sans être de mauvais techniciens, n’ont pas de grands chefs-d’œuvre à leur actif. Président du Consortium du Marché Noir dans «Fantômas contre Fantômas» (1948), portier dans «Manon» (1948), valet dans «Tête blonde» (1949), il traverse le champ de la caméra comme il le fait pour le cinéma français d\'alors : brièvement mais efficacement. Notons qu’il fait aussi de bonnes incursions au théâtre, dont «Bobosse» de André Roussel et «Demeure chaste et pure» de George Axelrod. On l’aperçoit ensuite en Louis XVIII suffisant et dédaigneux dans «Le comte de Monte-Cristo» (1954) avec Jean Marais, seconde version du roman d’Alexandre Dumas réalisée par Robert Vernay, avant de tenir un sempiternel emploi d’aubergiste dans «La reine Margot». Dans «Les diaboliques» (1954) de Henri-Georges Clouzot, il campe, le temps d’une très courte scène, un garçon d’hôtel. Un ultime rôle pour Jean Témerson qui, en raison de sa brièveté, résume bien la carrière de l’acteur, dont on regrette qu’elle n’ait pas donné lieu à des interprétations plus consistantes.

Le discret et talentueux Jean Témerson (ou Temerson), dont la vie nous demeure assez méconnue, fut l’un de ces innombrables seconds rôles du cinéma français, un «excentrique» parmi tant d’autres, mais dont le physique extraordinaire et la rondeur suffisent à rendre ses personnages inoubliables et à leur insuffler une profondeur incontestable, ce qui donne toujours lieu à des compositions savoureuses et pittoresques. Et, s’il n’a jamais eu un rôle à la réelle mesure de son savoir-faire, il peut en tout cas se vanter d’avoir, à chacune de ses courtes apparitions, profondément marqué l’esprit du spectateur, qui n’est sûrement pas prêt d’oublier de sitôt cette silhouette lourde et cette voix si caractéristique. Ayant subi une intervention chirurgicale, il meurt le 9 août 1956, à Paris.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1935L’amant de madame Vidal – de André Berthomieu avec Elvire Popesco
1936Avec le sourire – de Maurice Tourneur avec Maurice Chevalier
Blanchette – de Pierre Caron avec Marie Bell
Pépé-le-Moko – de Julien Duvivier avec Jean Gabin
CM Un revenant – de ?
1937La chaste Suzanne – de André Berthomieu avec Meg Lemonnier
Ramuntcho – de René Barberis avec Line Noro
Boulot aviateur / Fripons, voleurs et Cie – de Maurice de Canonge avec Marguerite Moreno
Rendez-vous aux Champs-Élysées – de Jacques Houssin avec Pierre Larquey
Le messager – de Raymond Rouleau avec Gaby Morlay
Les deux combinards – de Jacques Houssin avec Josseline Gaël
Alerte en Méditerranée – de Léo Joannon avec Pierre Fresnay
CM Le gagnant / Amour Automobile – de Yves Allégret avec René Lefèvre
1938Prince de mon cœur – de Jacques Daniel-Norman avec Colette Darfeuil
L’alibi – de Pierre Chenal avec Jany Holt
Raphaël le tatoué – de Christian-Jaque avec Madeleine Sologne
Barnabé – de Alexandre Esway avec Fernandel
Le révolté – de Léon Mathot avec Pierre Renoir
Le joueur d’échecs – de Jean Dréville avec Conrad Veidt
La piste du sud – de Pierre Billon avec Albert Préjean
Mon oncle et mon curé – de Pierre Caron avec Alice Tissot
Éducation de prince – de Alexander Esway avec Louis Jouvet
CM Quand le cœur chante – de Bernard-Roland avec Claire Gérard
1939Le beau Danube bleu / Le Danube bleu – de Emil Edwin Reinert & Alfred Rode avec Jean Galland
Le capitaine Benoît – de Maurice de Canonge avec Mireille Balin
Les cinq sous de Lavarède – de Maurice Cammage avec Josette Day
Le président Haudecœur – de Jean Dréville avec Harry Baur
Pièges – de Robert Siodmak avec Erich von Stroheim
Le bois sacré – de Léon Mathot avec Marcel Dalio
Berlingot et compagnie – de Fernand Rivers avec Suzy Prim
Monsieur Brotonneau – de Alexander Esway avec Raimu
Le gangster du Château d’If – de René Pujol avec Betty Stockfeld
1940Monsieur Hector – de Maurice Cammage avec Denise Grey
Volpone – de Maurice Tourneur avec Jacqueline Delubac
1941Soyez les bienvenus – de Jacques de Baroncelli avec Lucien Baroux
1945Les malheurs de Sophie – de Jacqueline Audry avec Marguerite Moreno
Une femme coupée en morceaux – de Yvan Noé avec Noëlle Norman
1946L’ennemi sans visage – de Maurice Cammage & Robert-Paul Dagan avec Franck Villard
On ne meurt pas comme ça – de Jean Boyer avec Jacqueline Pierreux
1947Cargaison clandestine – de Alfred Rode avec Käthe von Nagy
Cœur de coq – de Maurice Cloche avec Paul Azaïs
Si jeunesse savait – de André Cerf avec Jules Ferry
Une mort sans importance – de Yvan Noé avec Suzy Carrier
1948Manon – de Henri-Georges Clouzot avec Cécile Aubry
L’armoire volante – de Carlo Rim avec Germaine Kerjean
Fantômas contre Fantômas – de Robert Vernay avec Maurice Teynac
1949Miquette et sa mère / Miquette – de Henri-Georges Clouzot avec Danièle Delorme
L’atomique monsieur Placido – de Robert Hennion avec Rellys
Sans tambour ni trompette – de Roger Blanc avec Anouk Ferjac
La belle que voilà – de Jean-Paul Le Chanois avec Michèle Morgan
Tête blonde – de Maurice Cam avec Pauline Carton
Véronique – de Robert Vernay avec Giselle Pascal
1950Coq en pâte – de Charles-Félix Tavano avec Maurice Escande
Le gang des tractions arrière – de Jean Loubignac avec Raymond Cordy
Dominique – de Yvan Noé avec Claire Muriel
1951Le cap de l’espérance – de Raymond Bernard avec Edwige Feuillère
1952Bacchus mène la danse – de Jacques Houssin avec Jeanne Fusier-Gir
    Inachevé
1953Le grand jeu ( il grande gioco / card of fate / flesh and the woman ) de Robert Siodmak avec Gina Lollobrigida
1954La reine Margot – de Jean Dréville avec Jeanne Moreau
Le comte de Monte-Cristo, 1ère époque : La trahison – de Robert Vernay avec Jean Marais
Le comte de Monte-Cristo, 2ème époque : La vengeance – de Robert Vernay avec Lia Amanda
Les diaboliques – de Henri-Georges Clouzot avec Simone Signoret
Fiche créée le 26 novembre 2009 | Modifiée le 28 septembre 2014 | Cette fiche a été vue 5024 fois
PREVIOUSLou Tellegen || Jean Témerson || Shirley TempleNEXT