CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Charley Chase
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gina Manès



Date et Lieu de naissance : 7 avril 1893 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 6 septembre 1989 (Toulouse, France)
Nom Réel : Blanche Murch

ACTRICE
Image
1927 Thérèse Raquin (du sollst nicht ehebrechen) de Jacques Feyder avec Hans Adalbert Schlettow
Image
1928 Péché (synd) de Gustaf Molander avec Lars Hanson, Elissa Landi, Ivan Hedqvist & Stina Berg
Image
1930 L’ensorcellement de Séville – de Benito Perojo avec Georges Charlia & Jean Toulout
Image
1932 La voix sans disque – de Léon Poirier avec Alexandre Mihalesco, Daniel Mendaille & Camille Bert

Actrice française, Gina Manès est l’une des grandes femmes fatales du cinéma français des années 1920 et 1930 dans la lignée des vamps américaines. Née Blanche Murch le 7 avril 1893 à Paris dans le Faubourg Saint-Antoine, elle est reconnue le 26 décembre 1896 par son père Alfred Moulin. Elle vit ses jeunes années en Corse puis fait un mariage éclair à l’âge de seize ans avec un jeune styliste dont elle divorce peu après. Attirée par le monde du spectacle, elle obtient des petits rôles au théâtre puis devient ballerine de revue avant de tomber malade et de passer sa convalescence en Provence où elle rencontre l’acteur René Navarre qui l’envoie vers Louis Feuillade, réalisateur et directeur artistique à la Gaumont.

Sa première apparition à l’écran date de 1917 dans «Les cœurs de six petites françaises» mais son premier vrai rôle important est celui que Gina Manès joue dans «L’homme sans visage» au côté de René Cresté, deux ans plus tard. 1923 est une grande année pour la jeune actrice puisqu’elle tourne deux films sous la direction de Jean Epstein, réalisateur important de l’avant-garde française des années vingt: «Cœur fidèle», avec Léon Mathot et Edmond Van Daële, et «L’auberge rouge» ou elle retrouve Léon Mathot. En 1927, elle interprète Thérèse Raquin pour Jacques Feyder. Au cours de ces années, elle croise Germaine Dulac («Âme d’artiste» 1924) et Abel Gance («Napoléon» 1926).

Au cours des années trente, sa présence sensuelle, son jeu plein d’émotion lui valent le surnom de «Vamp aux yeux d’émeraude». Gina Manès tourne son plus grand succès en 1930 «Une belle garce» auprès de Gabriel Gabrio, puis est distribuée dans une trentaine de films parfois de production courante, telles que «La mystérieuse lady» (1935) de Robert Péguy avec Fernand Fabre et Simone Renant, «Le récif de corail» (1938) de Maurice Gleize avec Jean Gabin et Michèle Morgan, ou parfois d’auteurs comme le «Divine» (1934) de Max Ophüls. Elle participe également à quelques curiosités internationales comme «Grock» (1931) de Carl Boese et «Salto mortale» (1931) de Ewald André Dupont, deux films sur le cirque. À l’apogée de sa célébrité, elle quitte le cinéma et la France pour diriger, avec son mari l’acteur Georges Charlia, une cantine le long d’une piste routière au Maroc ce qui va porter un coup à sa carrière, d’autres vamps faisant alors leur apparition: Viviane Romance, Ginette Leclerc et Mireille Balin. De retour au cinéma, elle joue désormais des rôles secondaires mais attirée par le cirque, elle s’attelle à un numéro de dressage de tigres, présenté au cirque d’Hiver et Medrano. Cette passion est interrompue un soir de novembre 1942 où elle est grièvement blessée par un tigre laissant son corps à jamais couvert de cicatrices. En 1949, elle séjourne de nouveau au Maroc pour «La danseuse de Marrakech» de Léon Mathot. C’est là qu’elle s’installe durant cinq ans, ouvrant un cours d’art dramatique avant de regagner définitivement la France et de renouer avec le cinéma.

Au cours des années 1950, Gina Manès interprète de petits rôles et s’oriente également vers le théâtre en intégrant brièvement la troupe du Grenier de Toulouse. Sa dernière apparition à l’écran date de 1965, à l’âge de 72 ans dans «Pas de panique» de Sergio Gobbi. Elle s’éteint paisiblement à l’âge de 96 ans dans sa maison de retraite de Toulouse. Comme l’a écrit Colette: «son beau visage aux yeux de phosphore reste l’un des plus troublants parus sur l’écran».

© Daniel CHOCRON

copyright
1917 CM Les cœurs de six petites françaises / Les six cœurs de six petites filles – de Edouard Emile Violet avec André Roanne
1919 CM L’homme sans visage – de Louis Feuillade avec René Cresté
1920Le secret d’Alta Rocca – de André Liabel avec Henri Bosc
    Sérial en 12 épisodes
    1 : Les dessous d’Alta Rocca
    2 : Octave Bernac
    3 : L’homme à l’anneau de fer
    4 : La rencontre
    5 : La boutique de la rue Picpus
    6 : Le magazine révélateur
    7 : La méprise rouge
    8 : L’hydravion mystérieux
    9 : Détresse
    10 : Une levée d’écrou imprévue
    11 : Le camion disparu
    12 : La cave à noyade
Tue-la-mort – de René Navarre avec Maurice Thorèze
    Sérial en 12 épisodes
    1 : L’auberge du petit Chaperon Rouge
    2 : La forge des quatre chemins
    3 : Les contrebandiers
    4 : L’inconnu
    5 : Tue-la-mort et Ovilla
    6 : Une étrange hypothèse
    7 : L’incendie
    8 : Canzonette
    9 : Tu ne tueras point
    10 : Un et un font un
    11 : Tiberio
    12 : La vengeance d’Ovilla
1921L’homme aux trois masques – de Emile Keppens & René Navarre avec André Marnay
    Sérial en 12 épisodes
    1 : Les briseurs d’ailes
    2 : Le calvaire de Pascaline
    3 : L’innocent
    4 : Les remords de Fergus
    5 : Je me vengerai
    6 : La fille du forçat
    7 : Le marquis de Santa-Fiore
    8 : Le mendiant mystérieux
    9 : La lutte à mort
    10 : L’horrible complot
    11 : Jean-Claude et Jeannine
    12 : Le justicier
Le sept de trèfle – de René Navarre avec Henri Bosc
    Sérial en 12 épisodes
    1 : La carte fatale
    2 : L’idylle de Lottie
    3 : La princesse Irène
    4 : Le fond de l’abîme
    5 : Les deux frères
    6 : En cage
    7 : Le mariage de Lottie
    8 : Ce que femme veut
    9 : La dernière route
    10 : L’enjeu suprême
    11 : Les cachots de Venise
    12 : Le vainqueur du sept de trèfle
1922La dame de Montsoreau – de René Le Somptier avec Geneviève Félix
1923Cœur fidèle – de Jean Epstein avec Léon Mathot
L’auberge rouge – de Jean Epstein avec Pierre Hot
La nuit rouge – de Maurice de Marsan & Maurice Gleize avec Léon Bousquet
Le cavalier de minuit / Le cavalier fantôme – de Maurice Charmeroy, René Alinat & M. Toulet avec André Nox
1924La main qui a tué – de Maurice de Marsan & Maurice Gleize avec Jean d’Yd
Âme d’artiste – de Germaine Dulac avec Iván Petrovitch
1925Naples au baiser de feu – de Serge Nadejdine & Jacques Robert avec Gaston Modot
Le soleil de minuit – de Richard Garrick & Jean Legrand avec Paul Hubert
Le train sans yeux – de Alberto Cavalcanti avec Georges Charlia
1926Napoléon / Napoléon Bonaparte / Napoléon vu par Abel Gance – de Abel Gance avec Albert Dieudonné
Sables – de Dimitri Kirsanoff avec Colette Darfeuil
1927Celle qu’on renie … / Voleurs de jeunesse ( mädchenschicksal ) de Richard Löwenbein avec Rudolf Klein-Rogge
Printemps d’amour ( love’s springtime ) de Léonce Perret avec Hope Hampton
Pauvre gosse ( die kleine sklavrin ) de Luise Fleck & Jacob Fleck avec Fred Louis Lerch
Thérèse Raquin ( du sollst nicht ehebrechen ) de Jacques Feyder avec Wolfgang Zilzer
1928La sainte et son fou ( die heilige und ihr narr ) de William Diertele avec Heinrich Gotho
S.O.S. ( schiff im not S.O.S. ) de Carmine Gallone avec Alfons Fryland
Ivresse ( rausch ) de Gustaf Molander avec Lars Hanson
Looping the loop – de Arthur Robison avec Warwick Ward
Péché ( synd ) de Gustaf Molander avec Lars Hanson
1929Quartier Latin – de Augusto Genina avec Iván Petrovitch
Nuit de prince / Nuit de tziganes – de Marcel L’Herbier avec Jaque-Catelain
Un soir au Cocktail’s Bar / Une soirée au Cocktail’s Bar – de Roger Lion avec Jim Gérald
Le requin – de Henri Chomette avec Rudolf Klein-Rogge
1930L’ensorcellement de Séville – de Benito Perojo avec Ginette Maddie
Une belle garce – de Marco de Gastyne avec Gabriel Gabrio
1931Sous le masque de cuir – de Albert de Courville avec Gaston Modot
Grock – de Carl Boese & Joë Hamman avec Léon Bary
Salto mortale – de Ewald André Dupont avec Roger Maxime
Pax – de Francisco Elías avec Georges Charlia
1932La voix sans disque – de Léon Poirier avec Camille Bert
La tête d’un homme – de Julien Duvivier avec Valery Inkijinoff
1933L’amour qu’il faut aux femmes – de Adolf Trotz avec Pierre Magnier
Le diable en bouteille – de Raoul Ploquin, Heinz Hilpert & Reinhardt Steinbicker avec André Dubosc
1934Barcarolle – de Gerhardt Lamprecht & Roger Le Bon avec Pierre Richard-Willm
La famille Pont-Biquet – de Christian-Jaque avec Armand Bernard
Divine – de Max Ophüls avec Georges Rigaud
1935Mayerling – de Anatole Litvak avec Charles Boyer
La brigade en jupons – de Jean de Limur avec Andrex
La mystérieuse lady – de Robert Péguy avec Simone Renant
1936Le mort – de E.G. de Meyst avec Constant Rémy
Les loups entre eux – de Léon Mathot avec Jules Berry
La tentation – de Pierre Caron avec Antonin Berval
Les réprouvés – de Jacques Séverac avec Jean Servais
Maria de la nuit – de Willy Rozier avec Paul Bernard
1937Nostalgie – de Victor Tourjansky avec Harry Baur
Gosse de riche – de Maurice de Canonge avec Pierre Brasseur
Mollenard – de Robert Siodmak avec Gabrielle Dorziat
1938La mariage de Verena / La batârde – de Jacques Daroy avec Pierre Larquey
Le récif de corail – de Maurice Gleize avec Jean Gabin
Fort Dolorès – de René Le Hénaff avec Roger Karl
S.O.S. Sahara – de Jacques de Baroncelli avec Jean-Pierre Aumont
1939La maison du Maltais – de Pierre Chenal avec Louis Jouvet
Retour au bonheur / L’enfant dans la tourmente – de René Jayet avec Jules Berry
1944Les caves du Majestic – de Richard Pottier avec Albert Préjean
1945Yasmina – de Jean Lordier avec Jamal Badry
1946Le bateau à soupe – de Maurice Gleize avec Charles Vanel
1947Minuit rue de l’horloge – de Jean Lordier avec Simone Sylvestre
CM Ecole foraine – de Jacques Séverac
1948Les noces de sable – de André Zwoboda avec Denise Cardi
1949La danseuse de Marrakech – de Léon Mathot avec Aimé Clariond
1952 CM Appel 17 – de L. de Masure
1953Marchandes d’illusions – de Raoul André avec Louise Carletti
Crime au Concert Mayol – de Pierre Méré avec Jean Tissier
1954La belle Otero – de Richard Pottier avec Maria Félix
Le vicomte de Bragelonne ( il visconte di Bragelonne ) de Fernando Cerchio avec Georges Marchal
Le secret de sœur Angèle – de Léo Joannon avec Raf Vallone
1955Milord l’Arsouille – de André Haguet avec Robert Manuel
Le couturier des ces dames – de Jean Boyer avec Fernandel
Les carnets du Major Thompson ( the diary of Major Thompson / the french, they are a funny race ) de Preston Sturges avec Jack Buchanan
1956Paris Palace Hôtel – de Henri Verneuil avec Charles Boyer
Pitié pour les vamps – de Jean Josipovici avec Félix Marten
Rafles sur la ville – de Pierre Chenal avec Marcel Mouloudji
1957La loi des rues – de Ralph Habib avec Lino Ventura
Un certain monsieur Jo – de René Jolivet avec Michel Simon
L’or de Samory – de Jean Alden Delos
    Inachevé
Mimi Pinson – de Robert Darène avec Dany Robin
1958Premier mai / Le père et l’enfant – de Luis Saslavsky avec Aldo Fabrizi
Le joueur – de Claude Autant-Lara avec Gérard Philipe
1959Le bonheur est pour demain – de Henri Bastiani avec Henri Crolla
Les amants de demain – de Marcel Blistène avec Michel Auclair
1965Pas de panique – de Sergio Gobbi avec Pierre Brasseur
Fiche créée le 8 mai 2009 | Modifiée le 5 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 4902 fois
PREVIOUSRouben Mamoulian || Gina Manès || Nino ManfrediNEXT