CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Ricardo Montalban
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Fernand Gravey



Date et Lieu de naissance : 25 décembre 1905 (Ixelles, Belgique)
Date et Lieu de décès : 2 novembre 1970 (Paris, France)
Nom Réel : Fernand Maurice Noël Mertens

ACTEUR

Fernand Gravey, justement nommé Fernand Maurice Noël Martens, voit le jour le 25 décembre 1905 à Ixelles dans la proche banlieue de Bruxelles, sous le règne de Léopold II, troisième roi des Belges. Sa mère, Fernande Dépernay est comédienne, de même que son père Georges Mertens. À peine âgé de sept ans, Fernand Martens rejoint ses parents pour tourner notamment dans un court métrage dont le titre est en lui-même un clin d’œil à la capitale belge: «Saïda a enlevé Manneken-Pis» (1913) du prolifique cinéaste Alfred Machin. Pendant la première guerre mondiale, le jeune garçon séjourne en Angleterre. Adolescent, il s’oriente définitivement vers le théâtre. Il s’installe à Paris à la fin des années vingt.

Désormais connu sous le nom de Fernand Gravey et parlant parfaitement l’anglais, il est alors embauché par la Paramount qui, pour s’implanter sur le marché européen, vient de construire des studios près de Paris. Il tourne d’abord «L’amour chante» (1930) de Robert Florey, suivies de plusieurs comédies de René Guissart et Louis Mercanton dont «Coiffeur pour Dames» (1931). Il travaille aussi avec de metteurs en scène étrangers comme Herbert Wilcox qui lui fait jouer: «Bitter sweet» (1932) d’après une pièce de Noel Coward. Cinq ans plus tard, sur un scénario co-écrit par Groucho Marx, face à Joan Blondell, il est l’interprète principal du «Roi et la figurante» de Mervyn LeRoy qu’il retrouve pour «La peur du scandale» (1938) avec Carole Lombard. Durant les années trente, Fernand Gravey fait ainsi merveille, avec son aisance naturelle y compris lorsqu’il chante, son humour et son allure de jeune homme distingué, un brin voyou. Il a encore pour partenaires Käthe von Nagy dans «Nuit de mai» (1934) de Henri Chomette, mais aussi Edwige Feuillère, Véra Korène, et Isa Miranda, pour ne citer qu’elles. À la veille de la seconde guerre mondiale, il s’oriente vers un registre plus dramatique en étant le premier interprète à l’écran du «Facteur sonne toujours deux fois» de James M. Cain, dans l’excellente transposition, «Le dernier tournant» (1939), de Pierre Chenal avec Michel Simon et Corinne Luchaire. Pendant l’occupation, Fernand est notamment le héros créé par Théophile Gautier, «Le Capitaine Fracasse» (1942), dans l’adaptation de Abel Gance, avec Alice Tissot. Il est aussi un Philippe Brideau, scélérat à souhait dans «La Rabouilleuse» (1943) de Fernand Rivers.

En 1944 Fernand Gravey s’engage dans la Légion Étrangère et fait la campagne de France et d’Allemagne. Démobilisé, il poursuit une brillante carrière au théâtre, au cinéma puis à la télévision. Il alterne, toujours aussi svelte et élégant, la comédie y compris musicale et les drames. Il est notamment l’époux de Danielle Darrieux dans «La ronde» (1950) de Max Ophüls. Vieillissant mais toujours aussi charmeur, il est bien malgré lui, le rival de Giancarlo del Duca dans le cœur de Sara Montiel pour «Aventure à Beyrouth» (1965) de Ladislao Vajda. Il apparaît également dans des productions internationales comme «Comment voler un million?» de William Wyler ou «La bataille de San Sebastian» avec Charles Bronson. Dans l’un de ses derniers films « La promesse de l’aube» (1969) de Jules Dassin, d’après l’oeuvre de Romain Gary, il donne la réplique à Melina Mercouri.

Ce comédien d’exception, disparaît le «Jour des Morts», le 2 novembre 1970, dans sa ville d’adoption, après une riche carrière commencée en Belgique près de six décennies plus tôt.

© Caroline HANOTTE

copyright
1912 CM Trente ans / La vie d’un joueur – de Adrien Caillard avec Gabriel de Gravone
1913 CM Monsieur Beulemeester, garde civique – de Alfred Machin avec Nicolas Ambreville
CM Saïda a enlevé Manneken-Pis ( Saïda ontvoert Manneken Pis ) de Alfred Machin avec Arthur Devère
CM Un épisode de Waterloo ( een episode van de slag bij Waterloo ) de Alfred Machin avec Cécile May
1914 CM La fille de Delft / La tulipe d’or ( heit meisje uit Delft ) de Alfred Machin avec Blanche Montel
1930L’amour chante ( el professor de mi mujer ) de Robert Florey avec Florelle
Chérie – de Louis Mercanton avec Jeanine Guise
Our blushing brides – de Harry Beaumont avec Anita Page
1931Marions-nous / Sa nuit de noces – de Louis Mercanton avec Alice Cocéa
Tu seras duchesse – de René Guissart avec Marie Glory
Un homme en habit – de René Guissart avec Suzy Vernon
Coiffeur pour dames – de René Guissart avec Mona Goya
1932Le fils improvisé – de René Guissart avec Jeanne Blanche
Passionnément – de René Guissart avec Florelle
À moi le jour, à toi la nuit – de Ludwig Berger & Claude Heymann avec Käthe von Nagy
Early to bed – de Ludwig Berger avec Edmund Gwenn
    Version anglaise de « À moi le jour, à toi la nuit »
Une étoile disparaît – de Robert Villers avec Constant Rémy
Bitter sweet – de Herbert Wilcox avec Anna Neagle
1933Le père prématuré – de René Guissart avec Saturnin Fabre
C’était un musicien – de Frederic Zelnik & Maurice Gleize avec Lucien Baroux
La guerre des valses – de Ludwig Berger & Raoul Ploquin avec Jeanine Crispin
La reine / La reine et le dictateur ( the queen’s affair / runaway queen ) de Herbert Wilcox avec Anna Neagle
1934Antonia, romance hongroise – de Max Neufeld & Jean Boyer avec Marcelle Chantal
Si j’étais le patron – de Richard Pottier avec Mireille Balin
Nuit de mai – de Gustav Ucicky & Henri Chaumette avec Annie Ducaux
Monsieur Sans-Gêne / Le satyre – de Karl Anton avec Josseline Gaël
1935Variétés – de Nicolas Farkas avec Annabella
Touche à tout – de Jean Dréville avec Jules Berry
Fanfare d’amour – de Richard Pottier avec Betty Stockfeld
1936Sept hommes… une femme – de Yves Mirande avec Véra Korène
Mister Flow / Les amants traqués – de Robert Siodmak avec Edwige Feuillère
Le grand refrain / Symphonie d’amour – de Yves Mirande & Robert Siodmak avec Jeanne Aubert
Le roi et la figurante ( the king and the chorus girl / grand passion / romance is sacred / romance in Paris ) de Mervyn LeRoy avec Joan Blondell
1937Le mensonge de Nina Petrovna – de Victor Tourjansky avec Isa Miranda
1938Toute la ville danse ( the great waltz ) de Julien Duvivier avec Luise Rainer
La peur du scandale / Matière à scandale ( fools for scandal ) de Mervyn LeRoy avec Carole Lombard
CM Hollywood goes to town – de Herman Hoffman avec Fanny Brice
    Seulement apparition
CM Screen snapshots series 17, No. 6 – de Ralph Staub avec Jack Benny
    Seulement apparition
1939Le dernier tournant – de Pierre Chenal avec Corinne Luchaire
Paradis perdu – de Abel Gance avec Micheline Presle
1941Histoire de rire – de Marcel L’Herbier avec Marie Déa
Le capitaine Fracasse – de Abel Gance avec Assia Noris
La nuit fantastique – de Marcel L’Herbier avec Bernard Blier
CM La loi du 21 juin 1907 – de Sacha Guitry avec Marguerite Pierry
1942Romance à trois – de Roger Richebé avec Simone Renant
1943La rabouilleuse – de Fernand Rivers avec Suzy Prim
Domino – de Roger Richebé avec Aimé Clariond
1944Paméla – de Pierre de Hérain avec Renée Saint-Cyr
1946Il suffit d’une fois – de Andrée Feix avec Edwige Feuillère
1947Capitaine Blomet – de Andrée Feix avec Gaby Sylvia
1948Du Guesclin – de Bernard de La Tour avec Junie Astor
1950La ronde – de Max Ophüls avec Odette Joyeux
Le traqué / La traque ( gunman in the streets / time running out ) de Frank Tuttle avec Dane Clark
Le traqué – Borys Lewin avec Simone Signoret
    Version française de « Gunman in the streets »
Mademoiselle Josette ma femme – de André Berthomieu avec Lysiane Rey
1951Ma femme est formidable – de André Hunebelle avec Sophie Desmarets
1952Le plus heureux des hommes – de Yves Ciampi avec Christiane Barry
    + scénario
Mon mari est merveilleux – de André Hunebelle avec Elina Labourdette
1953L’âge de l’amour ( l’età dell’amore ) de Lionello De Felice avec Marina Vlady
1954Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Claudette Colbert
1955Treize à table – de André Hunebelle avec Micheline Presle
Courte-tête – de Norbert Carbonnaux avec Louis De Funès
1956Mitsou – de Jacqueline Audry avec Danièle Delorme
L’école des cocottes – de Jacqueline Audry avec Dany Robin
1957Le temps des œufs durs – de Norbert Carbonnaux avec Julien Carette
La garçonne – de Jacqueline Audry avec Andrée Debar
CM Piano, mon ami – de Claude-Yvon Leduc avec Jack Diéval
    Seulement voix
1958Parisien malgré lui ( Totò a Parigi / Totò innamorato ) de Camillo Mastrocinque avec Totò
1961Les croulants se portent bien – de Jean Boyer avec Claudine Koster
Les petits matins / Mademoiselle Stop – de Jacqueline Audry avec Pierre Brasseur
1965Aventure à Beyrouth / La dame de Beyrouth ( la dama de Beirut ) de Ladislao Vajda avec Sara Montiel
Comment voler un million de dollars ? ( how to steal a million ? / how to steal a million dollars and live happily ever after ) de William Wyler avec Audrey Hepburn
1967La bataille de San Sebastian ( guns for San Sebastian / i cannoni di San Sebastian ) de Henri Verneuil avec Anthony Quinn
1968La folle de Chaillot ( the madwoman of Chaillot ) de Bryan Forbes avec Katharine Hepburn
1969Les caprices de Marie – de Philippe de Broca avec Marthe Keller
La promesse de l’aube ( promise at dawn ) de Jules Dassin avec Melina Mercouri
1970L’explosion – de Marc Simenon avec Mylène Demongeot
Fiche créée le 28 octobre 2006 | Modifiée le 24 décembre 2015 | Cette fiche a été vue 8635 fois
PREVIOUSRalph Graves || Fernand Gravey || Fabien GravillonNEXT