CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de H.B. Halicki
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Erno Crisa



Date et Lieu de naissance : 10 mars 1924 (Bizerte, Tunisie)
Date et Lieu de décès : 5 avril 1968 (Rome, Italie)
Nom Réel : Ernesto Crisà

ACTEUR
Image
1953 Jalousie (gelosia) de Pietro Germi avec Marisa Belli, Alessandro Fersen & Paola Borboni
Image
1957 La fille de feu – de Alfred Rode avec Claudine Dupuis, Armand Mestral, Raymond Souplex & Yoko Tani
Image
1959 Les cosaques (i cosacchi) de Victor Tourjansky & Giorgio Rivalta avec John Drew Barrymore
Image
1965 Les sept gladiateurs rebelles (sette contro tutti) de Michele Lupo avec Roger Browne & José Greci

Ernesto Crisà voit le jour le 10 mai 1914 à Bizerte en Tunisie. Il est le fils d’une famille nombreuse d’immigrés siciliens originaires de Palerme ou ils vécurent dans un milieu assez pauvre. Il est adolescent quand sa famille s’installe à Casablanca au Maroc, ou son père décide d’ouvrir une pâtisserie, et sera notamment le fournisseur de la famille royale du Maroc. Impressionné par l’art théâtral, il décide de se rendre à Paris et s’inscrit d’abord à l’école de danse de Preobrajenska. En 1939, sous le pseudonyme de Erno Crisa, il participe à sa première tournée comme danseur de revues. Sa fascination pour la scène le mène à suivre des cours à l’école de théâtre de Tania Balachova et pour payer sa formation il fait des petits boulots, notamment représentant en parfumerie.

Malgrè un bref passage au théâtre, jouant par exemple dans «Dieu est innocent» de Lucien Fabre ses prestations l’amène à être remarqué dans le milieu cinématographique ou il fait une première apparition au début des années 40. Retenons de cette époque «Le mystère Saint-Val» (1944), aux cotés de Fernandel en policier amateur qui va découvrir que Dédé le vagabond (Erno Crisa) se cache dans les souterrains du château de Saint-Val et que c’est lui qui pille les églises de la région. Après quelques rôles mineurs en France auprès de Raimu, Odette Joyeux ou Georges Marchal, Erno Crisa retourne en Italie et rejoint la compagnie théâtrale de Wanda Osiris en tant que soliste de ballet dans la saison 1948/49.

En 1949, Luigi Zampa l’emploi dans le mélodrame «Cœur sans frontière», l’action se passe après la deuxième Guerre Mondiale dans une région frontalière entre l’Italie et la Yougoslavie qui est divisé en deux, les habitants doivent choisir, entre être italiens ou yougoslaves, cette situation créée de nombreux drames, Stefano (Erno Crisa) doit choisir entre son amour ou sa patrie. Ces années de culturisme dans les années 30 (il remporta la seconde place au concours européen de culturisme), amènent Carmine Gallone a le choisir pour son péplum «Messaline» (1951), il est Timus face l’impératrice Messaline, une Maria Félix cruelle et débauchée. En 1953, il fait une émouvante mais cruelle prestation dans «Jalousie», de Pietro Germi, aveuglé par la jalousie, le marquis de Roccaverdina, Erno Crisa, tue le mari de sa maîtresse, Marisa Belli, un innocent est condamné à sa place pris de remords, il glisse dans la folie jusqu’à en perdre la vie. Dans «La fille de Mata Hari» (1954), il est le prince Anak, chef de la résistance javanaise qui tombe amoureux de la danseuse Elyne, Ludmilla Tchérina, ne sachant pas qu’elle est la fille de la célèbre espionne Mata Hari.

En 1955, Marc Allégret le rend célèbre avec «L’amant de Lady Chatterley» où il incarne le garde-chasse et amant de Danielle Darrieux, son mari infirme et impuissant désireux d’avoir un enfant pour assurer la dynastie, pousse sa jeune épouse dans les bras vigoureux de son garde-chasse. Carmine Gallone le rappelle pour un péplum cruel et sanglant «Carthage en flammes» (1959) où lors de la dernière guerre punique l’armée carthaginoise commandée par Hasdrubal, Erno Crisa, est vaincue par les légions romaines. René Clément lui donne le rôle de l’inspecteur Riccodi dans «Plein soleil» (1959). Par la suite Erno Crisa est de la distribution de toute un pléiade de films d’action et de péplums. Le 5 avril 1968, lors d’un tournage aux studios de Cinecittà, il est frappé d’une hémorragie cérébrale qui lui est fatale.

© Gary RICHARDSON

copyright
1941Croisières sidérales – de André Zwoboda avec Madeleine Sologne
1943Coup de tête – de René Le Hénaff avec Josseline Gaël
1944Le mystère Saint-Val – de René Le Hénaff avec Fernandel
Le jugement dernier – de René Chanas avec Michèle Martin
1945Christine se marie – de René Le Hénaff avec Monique Rolland
Les gueux au paradis – de René Le Hénaff avec Raimu
1947Figure de proue – de Christian Stengel avec Jacqueline Pierreux
1948Scandale – de René Le Hénaff avec Odette Joyeux
1949Cœurs sans frontières / La ligne blanche ( cuori senza frontiere ) de Luigi Zampa avec Gina Lollobrigida
1950Police en alerte ( i falsari ) de Franco Rossi avec Doris Duranti
1951Son dernier verdict ( l’ultima sentazza ) de Mario Bonnard avec Eleonora Rossi Drago
Messaline ( Messalina ) de Carmine Gallone avec Maria Félix
1952Les héros du dimanche ( gli eroi della domenica ) de Mario Camerini avec Cosetta Greco
Papà ti ricordo / La fanciulla di Pompei / Espiazone – de Mario Volpe avec Lea Padovani
Mère coupable ( la colpa di una madre ) de Carlo Duse avec Marina Berti
Chansons du demi-siècle / Un demi-siècle de chansons ( canzoni di mezzo secolo ) de Domenico Paolella avec Maria Fiore
1953Jalousie ( gelosia ) de Pietro Germi avec Marisa Belli
Canzoni, cansoni, cansoni – de Domenico Paolella avec Antonella Lualdi
Di qua di là piave – de Guido Leoni avec Delia Scala
Cañas y barro / La palude del peccato – de Juan de Orduña avec Joan Capri
Amours d’une moitié de siècle ( amori di mezzo secolo ) de Pietro Germi, Mario Chiari, Glauco Pellegrini, Antonio Pietrangeli & Roberto Rossellini avec Paola Borboni
    Scènes coupées au montage – Non crédité
1954Violence sur la plage / Violence sur le lac ( violenza sul lago ) de Leonardo Cortese avec Virna Lisi
La fille de Mata Hari ( la figlia di Mata Hari ) de Carmine Gallone & Renzo Merusi avec Ludmilla Tchérina
L’or de Naples ( l’oro di Napoli ) de Vittorio De Sica avec Silvana Mangano
Sacrés fantômes ( questi fantasmi ) de Eduardo De Filippo avec Franca Valeri
1955La terre de feu s’éteint ( la tierra del fuego se apaga ) de Emilio Fernández avec Erno Crisa
L’amant de Lady Chatterley – de Marc Allégret avec Danielle Darrieux
Don Juan ( el amor de Don Juan ) de John Berry avec Carmen Sevilla
1957La fille de feu – de Alfred Rode avec Claudine Dupuis
Seule contre les Borgia ( Caterina Sforza, leonessa di Romana ) de Giorgio Walter Chili avec Virna Lisi
1959L’archer noir / Le masque de la terreur ( l’arciere nero ) de Piero Pierotti avec Fulvia Franco
Deux sauvages à la cour ( due selvaggi a corte ) de Ferdinando Baldi avec Leonora Ruffo
I mafiosi – de Roberto Mauri avec Wandisa Guida
Carthage en flammes ( Cartagine in fiamme ) de Carmine Gallone avec Anne Heywood
Les cosaques ( i cosacchi ) de Victor Tourjansky & Giorgio Rivalta avec John Drew Barrymore
Plein soleil – de René Clément avec Marie Laforêt
1960La vallée des pharaons ( il sepolcro dei re / Cleopatra’s daughter ) de Fernando Cerchio & Anton Giulio Majano avec Debra Paget
Les bacchantes ( le baccanti ) de Giorgio Ferroni avec Tania Elg
1961Maciste à la cour du Cheik / Maciste contre le cheikh ( Maciste contro lo sceicco ) de Domenico Paolella avec Ed Fury
Maciste, le gladiateur le plus fort du monde ( Maciste, il gladiatore più forte del mondo ) de Michele Lupo avec Mark Forest
1962Jules César contre les pirates ( Giulio Cesare contro i pirati / Caesar against the pirates ) de Sergio Grieco avec Abbe Lane
Lasciapassare per il morto – de Mario Gariazzo avec Linda Christian
Le due leggi – de Edoardo Mulargia avec Patricia Deren
1963Le retour des titans ( Maciste, l’eroe più forte del mondo ) de Michele Lupo avec Giuliano Gemma
Brenno le tyran / Brenno contre Rome ( Brenno il nemico di Roma / battle of the valiant / Brennus, enemy of Rome) de Giacomo Gentillomo avec Gordon Mitchell
Le fils de Tarass Boulba ( Taras Bulba, il cosacco) de Henri Zaphiratos avec Lorella De Luca
1964Erik, le viking ( Erik, il vichingo / Erik, el vikingo / Erik, the viking / the vengeance of the vikings ) de Mario Caiano avec Eleonora Bianchi
DO Sexy Show ( carosello di notte ) de Elio Balletti avec Maria Grazia Buccella
    Seulement apparition
1965Les sept gladiateurs rebelles ( sette contro tutti ) de Michele Lupo avec Roger Browne
1966Commissaire X, chasse à l’homme à Ceylan ( Kommissar X – Drei gelbe katzen ) de Rudolf Zehetgruber avec Tony Kendall
Sugar Colt – de Franco Giraldi avec Soledad Miranda
Pecos tire ou meurs ( Pecos è qui: prega e muori ! ) de Maurizio Lucidi avec Robert Woods
1967Angélique et le sultan – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier
Fiche créée le 21 janvier 2016 | Modifiée le 15 août 2018 | Cette fiche a été vue 1996 fois
PREVIOUSCharles Crichton || Erno Crisa || Donald CrispNEXT